La Nouvelle Tribune

Inscriptions des clubs pour la reprise des championnats : plusieurs dépôts de dossiers pour un seul club

Espace membre

(Les vieux démons de retour?) La clôture des inscriptions des clubs qui désirent animer les championnats de première et deuxième divisions, a donné naissance à un nouveau malaise. Trois clubs se sont fait inscrire par deux ou trois représentants et présidents différents. Le messie est-il en agonie avant même sa venue? L’ombre d’un regain de tension plane sur la reprise des championnats nationaux. En marge des inscriptions des clubs pour les différents championnats, trois clubs ont enregistré plusieurs inscriptions. Vizir Touré a déposé un dossier au nom de Soleil sans le consentement du président dudit club. Le président du Soleil Fc Ismaël Adéoti, était allé au siège de la Fédération béninoise de football ( Fbfà à Porto- Novo pour inscrire son club quand il a constaté qu’une autre inscription avait déjà été faite par une autre personne. Il s’est donc révolté et le Directeur exécutif de la Fbf Quentin Didavi lui a remis une autre fiche d’inscription. Quant aux Requins Fc de l’Atlantique, Trois inscriptions dont une du président Athanase Boko, ont été enregistrées. Les Buffles du Borgou de leur côté ont déposé quatre dossiers d’inscription. C’est dire qu’à l’heure actuelle, on a trois différents bureaux pour les Requins, quatre pour les Buffles et deux pour Soleil Fc. Or, tout le monde sait qui est le président de tel ou tel club. Au moment où on parle de réconciliation et que les clubs soutenant le camp Attolou ont accepté de jouer le jeu, les individus mal intentionnés se permettent de ruiner les espoirs nourris par bon nombre de Béninois de retrouver le chemin des stades. Les pratiques des années antérieures où on avait que de championnats amateurs ont refait surface. Interpellé sur différents cas sur une station de radio privée de la place samedi dernier, le Directeur exécutif de la FBF, Quentin Didavi, a rassuré tout le monde qu’il n’y aura pas de la magouille. «Je crois qu’un travail scientifique sera fait et les clubs reviendront à qui de droit», a-t-il déclaré et d’ajouter qu’ «il faut qu’on mette définitivement la balle à terre si nous aimons le football». Il n’a pas manqué d’appeler les présidents de club à s’apaiser et «qu’il n’y aura pas de chasse aux sorcières» Aux dernières nouvelles, le ministre des sports Didier Aplogan s’est offusqué de cet état de chose et s’est déjà saisi du dossier. Le public sportif attend de voir la réaction du patron des sports.