La Nouvelle Tribune

Jeux Africains à Maputo : les Béninois de retour de la ballade de santé

Espace membre

Les jeux africains qui se sont déroulés dans la capitale du Mozambique ont pris fin le week-end dernier. Les athlètes béninois y ont pris part mais ils reviennent au bercail bredouille.

L’édition 2011 des jeux africains de Maputo est désormais conjuguée au passé. Les athlètes béninois qui ont séjourné dans la capitale mozambicaine, Maputo, sont retournés au bercail les mains vides. La balade de santé de la délégation béninoise a donc pris fin sur une mauvaise note. Pour les observateurs avertis, cela n’est pas étonnant à cause des conditions de participation à cette campagne africaine du sport. Ces athlètes béninois ont-ils réellement préparé cette compétition ? Non. Comme toujours, le Bénin s’illustre par l’improvisation et l’amateurisme. On n’a pas pris le temps nécessaire pour permettre aux athlètes de se préparer dans de bonnes conditions. Les représentants béninois n’ont pas eu les moyens matériels et financiers pour affûter leurs armes avant cette messe sportive africaine. Une fois de plus, l’argent du contribuable a été gaspillé alors que la fédération de wushu a manqué de fonds pour sa récente participation à une compétition où elle a remporté six médailles à Dakar au Sénégal. Tout porte à croire qu’on met des fonds à la disposition des fédérations selon la tête des présidents, qu'elle plaise ou non à l’autorité de tutelle. Chose curieuse, on fait voyager des gens à Maputo rien que pour faire du tourisme. En témoigne, le nombre pléthorique d’officiels ayant pris part à l’expédition mozambicaine. Douze athlètes et six encadreurs ont représenté le Bénin dans six disciplines à ces jeux africains. Avec cinquante deux (52) personnes sur les dix huit (18) athlètes et encadreurs ayant participé à ces Jeux , les trente quatre (34)autres personnes n’ont fait que de la figuration et gagner des primes. Avec une telle délégation et zéro médaille, on ne rendra pas sûrement compte au peuple béninois. Les amoureux du sport ne comprennent pas cette politique du patron des sports qui consiste à envoyer plus d’officiels que d’athlètes pour représenter le pays aux compétitions internationales.