La Nouvelle Tribune

Congrès extraordinaire de la Fbf: Les délégués entérinent le protocole d’entente des acteurs

Espace membre

Sous la houlette de Anjorin Moucharafou, la Fédération béninoise de football (Fbf) a tenu, samedi 7 janvier 2017 à son siège à Djassin à Porto-Novo, un congrès extraordinaire. Un congrès qui a validé le protocole d’accord signé le 23 décembre 2016 à la présidence de la République pour la réconciliation des acteurs du football béninois.

C’est fait. L’instance suprême de la Fédération béninoise de football (Fbf), l’assemblée générale a donné carte blanche au comité exécutif consensuel et transitoire, mis en place suite à la signature du protocole d'accord d'entente entre les acteurs du football béninois le 23 décembre 2016 au palais de la présidence. D’entrée, Anjorin Moucharafou a expliqué aux délégués que le protocole d’accord signé est un document administratif et politique. En l’état, le document ne recevra pas l’aval de la Fifa et de la Caf. Selon l’article 17 des statuts de la Fifa adopté en février 2016, il est dit que « Chaque membre doit diriger ses affaires en toute indépendance sans l’ingérence d’aucun tiers ; la Fifa ne reconnaît pas les organes d’un membre n’ayant pas été élu ou nommé conformément aux dispositions de l’alinéa ; la Fifa ne reconnaît pas les décisions d’instances n’ayant pas été élues ou nommées conformément aux dispositions de l’alinéa 2 » des statuts. C’est donc pour éviter tout rejet de la Fifa que le président Anjorin Moucharafou et ses membres ont convoqué ce congrès extraordinaire. Donc, le seul point à l’heure du jour de ce congrès extraordinaire était d’étudier, d’analyser et de recueillir l’avis des délégués sur le contenu du protocole d’accord. Julien Minavoa justifiant sa présence à ce congrès a indiqué que les acteurs du football voulaient donner la preuve que le mouvement sportif est libre et reste jaloux de cette liberté.

«Nous tenons à notre autonomie», a-t-il déclaré avant d’en appeler au sens de responsabilité des délégués pour une autonomie responsable.

Vote secret pour chaque point

Alors, une lecture du contenu du protocole a été faite aux 51 délégués présents (quatre étaient absents) par le secrétaire général de la Fbf, suivie de l’explication du président. Par un vote à bulletin secret, chaque délégué s’est prononcé sur la modification de l’article 33 alinéas 1 qui dispose que le comité exécutif de la Fbf est composé de 15 membres. Avec 51 voix pour, cet article a été modifié et porte à 21 le nombre des membres du comité exécutif dont un président, six vice présidents et 14 membres. Les délégués se sont aussi prononcés par vote secret sur l’élection de six nouveaux membres pour compléter l’actuel comité exécutif (50 voix pour, une abstention), sur la réintégration des clubs ayant abandonné les championnats durant les saisons 2009-2010, 2013-2014, 2015-2016 directement (50 voix pour et une contre), sur la relecture des statuts de la Fbf notamment les articles objets de discorde (50 voix pour et une contre) et sur le mandat de 18 mois accordé au comité consensuel transitoire (51 voix pour). Au niveau du mandat, il faut noter que le congrès a décidé que le comité exécutif consensuel finisse son mandat le 7 juillet 2018.

Le dernier point qui n’a pas fait l’objet de vote est celui qui impose que toute décision du comité exécutif consensuel soit validée si elle obtient 18 voix sur les 21. Anjorin Moucharafou a indiqué que la Fifa n’acceptera pas cela. Mais, dans la pratique, il compte faire en sorte que tous les membres aient leur mot à dire.  

Motifs de satisfaction

«A travers les votes de chacun, nous venons de lancer le signal fort de ce que la famille du football béninois est réconciliée et s’engage pour accompagner le Chef de l’Etat dans sa vision », s’est réjouit le président de la FBF.

«Vous venez de faire plus que le ménage », renchérit le président du Comité National Olympique et Sportif du Bénin, Julien Minavoa. «Monsieur le président, vous venez de montrer une belle maitrise de la troupe», s’est empressé de déclarer le président Julien Minavoa qui a félicité les congressistes pour leur sens de responsabilité.

Ce congrès extraordinaire a pris fin sur la lecture, par le porte-parole des clubs, Laurent Gnanssounou, d’une motion de soutien pour la reconnaissance des valeurs intrinsèques du président de la République Patrice Talon