La Nouvelle Tribune

Football béninois: L’espoir d’une union des dirigeants est né

A lire

USA : la promesse de Donald Trump à la communauté afro-américaine

Gambie : Yahya Jammeh et ses proches accusés d’avoir vidé les caisses de l’Etat

se connecter
se connecter

Lueur d’espoir. La crise qui est née le 20 décembre 2010 à la Fédération béninois de football a connu une fin le vendredi 23 décembre 2016. Ce vendredi là, les trois camps ont signé un protocole d’accord devant le président de la République Patrice Talon.

Cet aboutissement heureux est le fruit de beaucoup de sacrifices, de concessions, de successions de séances.  L’actuel régime a hérité de cette crise. Et dès sa venue à la tête du ministère des sports Oswald Homéky le 6 avril 2016, sur instruction du président Talon, a entrepris d’écouter les différents protagonistes de la crise. S’en est suivie une série d’évènements dont l’aboutissement est l’élection à polémique de Anjorin Moucharafou à la tête d’un nouveau comité exécutif. Pour sauver la suite des matches des éliminatoires de la Can 2016, des concessions ont été faites. Mais l’élimination du Bénin a arraché à Anjorin son moyen de chantage. Alors, le président Talon a proposé un comité consensuel transitoire de 21 membres. Les différents camps en conflit sont représentés dans ce comité transitoire qui a un mandat de 18 mois. C’est ce protocole qui a été signé par les différents camps le vendredi 23 décembre 2016 au palais de la présidence. Il consacre l’entente entre les dirigeants du football béninois mais si l’assemblée générale extraordinaire convoquée par Anjorin Moucharafou et son comité défunt est sujet à polémique. Les missions principales de ce Comité exécutif consensuel et transitoire sont de toiletter les textes pour enfin lever la discrimination qui empêchait certains d’être candidat ; faire en sorte que le cahier de charges soit défini pour la reprise des championnats, faire en sorte que tous ceux qui avaient été exclus pour des raisons d’affrontements, de combats, de conflits politiques entre les différents camps soient réintégrés et que désormais la feuille de route qui doit reconduire à la reconnaissance du football béninois soit conduite et validée de commun accord et scrupuleusement suivie par chacun des camps