La Nouvelle Tribune

Fbf: Anjorin Moucharafou veut légitimer le protocole d’accord signé

A lire

Leçons de football et leçons de vie

France : leur mosquée fermée, des musulmans décident de prier dans les rues de Clichy

se connecter
se connecter

Par un communiqué daté du mardi 27 décembre 2016, le secrétaire général de la Fédération béninoise de football (Fbf) informe de la convocation d’une assemblée générale extraordinaire. Elle va se tenir le samedi 7 janvier 2017 au siège de la Fbf à Porto-Novo.

Selon le communiqué, le comité exécutif s’est réuni hier mardi et a décidé de la tenue de cette assemblée générale. Il sera question pour les délégués d’analyser et de donner leur avis sur le protocole d’accord signé à la présidence de la République le vendredi 23 décembre 2016.

Sans doute, Anjorin Moucharafou veut légitimer ce protocole. Car, en l’état et selon les textes de la Fifa ni de la Caf, il ne sera pas accepté par ces instances faitières du football. Le fait d’avoir un comité exécutif consensuel et transitoire de 21 membres à la Fbf qui est une émanation du président Patrice Talon et du ministre des sports Oswald Homéky doit être porté par  une assemblée générale. Dans le cas contraire, le Bénin risque encore une sanction. C’est sûrement pour éviter la sanction que la date du 7 janvier 2017 a été choisie pour la tenue de l’assemblée générale. La Caf va effectuer le tirage au sort de la phase éliminatoire de la Coupe d’Afrique des nations 2019 le 12 janvier 2017 soit 5 jours après l’assemblée générale extraordinaire de la FBF. Donc, sauf un retournement spectaculaire de situation, l’assemblée générale extraordinaire du 7 janvier 2017 devrait valider le protocole et le Fbf devrait en fait cas à la Caf et à la Fifa. Une stratégie bien ficelée pour montrer à ces deux instances que le comité exécutif consensuel et transitoire de 21 membres n’a pas été imposé  par le chef de l’Etat