La Nouvelle Tribune

Match amical Bénin # Nigéria (1-0) : sans convaincre, les Ecureuils s’en sortent bien

Espace membre

Une pauvreté dans le jeu, une assise tactique moyenne et un gardien verni: les Ecureuils juniors ont été malmenés par une équipe nigériane qui a survolé le match mais qui a manqué d’efficacité du fait d’un  Damilola Wilson impérial dans les buts.

On  était à une soirée de grand match hier comme on en a parfois par ici. Mais l’ambiance et la ferveur observée chez le maigre public qui a pris place dans les gradins du stade René Pleven nous a changés du quotidien. Dans la chaleur de cet après-midi ensoleillé, les Ecureuils ont souffert devant une équipe de Nigéria fringante et meilleure dans tous les compartiments de jeu mais à laquelle il a manqué cruellement d’efficacité. L’attaquant béninois Nelson Aguia gardera en souvenir ses débuts avec l’équipe du Bénin. Pas parce qu’il aura été à la hauteur du match mais plus pour avoir été littéralement bouffé par la chaleur africaine qu’il n’a jamais connue en Ecosse où il évolue. Il n’a rien montré au cours des 45 minutes qu’il a disputées et on n’a pas grand-chose sur son potentiel. Faute d’abord à la pauvreté du jeu béninois où le milieu à trois proposé par Lafiou Yessoufou a été transparent et ensuite Nelson n’a foulé le sol béninois que  samedi dernier mais on l’a titularisé. Jamais dans ce match on n’a eu l’impression qu’offensivement le Bénin était capable d’inquiéter l’adversaire. Pourtant, à chaque fois que les Nigérians retrouvent leurs deux attaquants, toute la défense béninoise se plie en quatre pour s’en sortir.

Wilson Damilola, le meilleur Ecureuil du match

Si au coup de sifflet final d’Alban Zodéhougan, la victoire est béninoise c’est parce que la défense béninoise n’a pas rompu à force de trop plier. Les quatre défenseurs béninois que sont Alaba Okpeifa, Alex Agoua, Moïse Adilèhou et Fortuné Oré, ont tenu la dragée haute. Devant une équipe emmenée par un trio Musa, Taïwo et Ibrahim, l’équipe du Bénin s’est repliée avec un milieu trop vite dépassé pas les accélérations et le jeu à une touche de balle des milieux nigérians. Et pour exister il faut un grand Wilson Damilola. Musa 46’, Anyi 55’, Taïwo et Prince 58’, Kéléchi 70’ et Wilfried 89’ ont tous butté sur le gardien de Ayéma (club de première division au Bénin). Il aura été, avec sa défense, la satisfaction de la soirée béninoise où les remplacements au cours de la seconde partie ont apporté plus d’envie. Et où la seule action d’éclat est la frappe lourde du capitaine Mama Séïbou dans la lucarne droite des buts de Enahoro Joshua suite à une balle perdue par Prince Izu dans les vingt cinq mètres.

Encore du boulot

Hormis le gardien et la défense, Lafiou Yessoufou et Bruno Goudjo ont du travail alors que l’équipe affronte le 11 mai prochain le Congo dans le cadre des éliminatoires de la Can junior Sénégal 2015. Le bastion offensif du Bénin est à revoir car, dans le 4-3-3 concocté par l’encadrement technique, l’équipe manque d’équilibre et ne produit pas de jeu. Au milieu, il a manqué un leader technique. Mama Séïbou, Yaoussa Fousseni et Tadjou Latifou n’y sont pas. Et pour soutenir les deux attaquants (Koukpo Marcellin et Nelson Aguia), il fallait un bon manieur de balle pour servir des caviars. Gilbert Adangnandé, hier, n’était pas ce joueur- là. Dans la construction du jeu, dans la variation, dans l’animation offensive (six tirs pour le Bénin dont un seul cadré) et dans les choix techniques et tactiques, on a encore beaucoup à faire.