La Nouvelle Tribune

Bénin : quatre clubs boycottent la reprise de la ligue 1

Espace membre

Après deux semaines de pause, le championnat national de football de première division (ligue 1) a repris ce week-end. Quatre clubs ont décidé de boycotter non seulement la reprise mais toute la phase retour si les subventions promises ne venaient pas. Et une menace de relégation en régional plane sur ces clubs.

Ils avaient menacé de ne plus jouer le championnat quelques jours avant la fin de la phase aller du championnat national de football (ligue 1). Ils ont choisi finalement de mettre à exécution leur menace dès la reprise de la phase retour de la ligue 1. Et ce week-end, alors que la ligue 1 a repris, les quatre clubs que sont  Asos de Porto-Novo, Dragons de l’Ouémé, Adjobi de Sakété et Jap du Plateau, ont boycotté les matches. Ils n’entendent pas reprendre ce championnat tant que les subventions à eux promises par le comité exécutif de la Fédération béninoise de football (Fbf) et la ligue ne leur seront pas versées. Ainsi, samedi dernier, Asos recevait Avrankou Omnisport. Mais, après le coup d’envoi, les joueurs d’Asos ont vidé la pelouse du stade Charles de Gaulle de Porto-Novo et le match n’a pu se disputer. Dimanche,  Adjobi a fermé le portail de son stade alors qu’il devait recevoir Energie de la Sbee, les Dragons ont abandonné après sept minutes de jeu face à Tonnerre au stade Charles de Gaulle de Porto-Novo, et Jap n’a pas fait le déplacement au stade Atchoukouma pour affronter les Panthères de Djougou.

Des concertations

Ce boycott fait suite à une série de démarches menée la semaine écoulée. Une séance a eu lieu jeudi dernier dans le bureau du président de la Fédération béninoise de football Augustin Ahouanvoébla. Pour la séance, Asos, Dragons, Panthères de Djougou, Adjobi et Jap étaient présents. Le président de la Fbf avait à ses côtés le Secrétaire général de la fédération Bruno Brutus Dossou. Les représentants de ces clubs ont expliqué au président les difficultés qu’ils rencontrent depuis le début du championnat, certains ont même avoué que contrairement aux exigences du cahier de charge, ils n’ont pas pu payer un seul mois de salaire à leurs joueurs. Ahouanvoébla leur a expliqué comment ils comptent tenir ces engagements. Il leur a fait part de ses contacts avec le ministre du Développement durable, ses échanges avec le ministre d’Etat François Abiola, et la promesse du ministre des sports de faire passer une communication en Conseil des ministres pour un éventuel financement dudit championnat.

Joueurs impayés

Après cette séance du jeudi, les responsables des  cinq (5) clubs se sont réunis  jeudi nuit. Ils ont décidé de maintenir leur position, de ne pas continuer le championnat si l’argent ne tombait  pas. Une dernière réunion a eu lieu dans la soirée du vendredi 04 avril. Il en ressort  que les cinq clubs ne vont pas jouer les matches programmés pour samedi et dimanche. Ce qui a été fait. Mais, on apprend que les Panthères de Djougou se désolidarisent du groupe et vont continuer le championnat. Les joueurs étaient mêmes au campement hier et n’attendaient que leurs adversaires du jour (On sera fixé lors de la prochaine journée).

Deux des présidents de clubs ont confié que leurs joueurs sont sans salaires. Ils ne leur payent que des primes de nourriture et des primes de matchs. Pourtant, on leur a promis des subventions avant la 3è journée de la phase aller. Mais depuis, ils n’ont rien perçu et les responsables de clubs se saignent sans cesse. Maintenant leurs comptes sont vides. Alors, ces présidents de clubs affirment  ne plus vouloir de promesses mais d’actes concrets, de l’argent sinon impossible de continuer.

Vers le régional  

Alors, à l’heure actuelle, si Panthère se désolidarise effectivement du groupe, on aura quatre clubs qui ne vont plus jouer  la ligue 1. Et on apprend déjà qu’ils seront déclarés forfaits. Ils perdent les points sur tapis vert à chaque match non joué. Mieux, ils seront relégués en régional. D’ailleurs ils ne seront pas les premiers à qui cela arrive. Lors du championnat  dite de transition, Eternel de Cotonou et Tanéka ont été relégués en régional pour n’avoir pas joué leur dernier match du championnat. On attend donc de voir la suite.