La Nouvelle Tribune

Fédération béninoise de football : les vieux démons de retour?

Espace membre

Le football béninois, après quelques mois d’accalmie entre les différents acteurs, est replongé à nouveau dans une crise de leadership. Les membres actuels du comité exécutif de la Fédération béninoise de football (Fbf) ne parlent plus le même langage. Chacun, en ce qui le concerne, tire le drap de son côté.

Avec tout ce qui se passe actuellement ne peut-on pas dire que les vieux démons sont de retour? Elu, il y a à peine quatre (04) mois, le comité exécutif de la Fédération béninoise de football (Fbf) présidé par l’honorable Augustin Ahouanvoébla, est déjà en proie à une crise de leadership entre ses membres. A cet effet, entre le président et l’un de ses vice-présidents, le torchon brûle. De plus, on note des déclarations à l’emporte pièce d’un membre du comité exécutif. Ce dernier n’hésite pas à révéler les secrets des différentes réunions auxquelles il a eu à participer. Aussi, les membres de la Fédération ne manquent aucune occasion pour s’attaquer à travers presse interposée. Alors, quelle image, la Fédération de Augustin Ahouanvoébla est en train d’envoyer au sein de la famille sportive? On peut dire sans risque de se tromper qu’il s’agit entre autres d’une lutte des intérêts personnels et également de la préparation des élections de 2017. Le président de la Fbf,sentant le danger venir à travers la pétition des clubs de première et deuxième divisions, a dissous dans la précipitation les différentes ligues régionales. De quoi a-t-il peur pour agir de la sorte? La séance de travail que le ministre de la jeunesse des sports et des loisirs, Idrissou Affo a eue avec les responsables de club et les membres du comité exécutif, a montré que les vieux démons sont de retour. Or, l’avènement de ces messieurs de la Fbf a suscité tant d’espoir au niveau des férus du cuir rond. Cet espoir est en train d’être déçu et volé en éclats. Cela a conduit le premier responsable du football béninois à mettre en place une commission de réconciliation.

Commission de réconciliation pour quoi faire? 

La commission de réconciliation n’est-elle pas un machin? On peut l’affirmer car la majorité des membres de cette commission provient du comité exécutif de la Fédération. Quel résultat les membres de cette commission de réconciliation vont-ils produire pour satisfaire tout le monde? La seule alternative qui s’offre au président Augustin Ahouanvoébla et son bureau est l’organisation dans les plus brefs délais d’une assemblée générale extraordinaire. Cette assemblée générale extraordinaire sera le rendez-vous de l’unification de tous les camps. Aujourd’hui, en dehors des camps de Victorien Attolou et de Bruno Didavi (candidat malheureux des élections à la Fbf le 30 septembre 2013 au Palais des Congrès de Cotonou),il y a au sein du bureau exécutif des clans qui se regardent en chien de faïence. C’est pour cela, cette Ag extraordinaire est d’ une importance capitale pour toutes les forces en présence. Le sport roi béninois mérite mieux que cela.

Ahouanvoébla rattrapé par ses promesses

Le président de la Fbf Augustin Ahouanvoébla, dans le but de rallier à sa cause la majorité des délégués, a fait des promesses à l’endroit des différentes couches du football béninois. Mais, aujourd’hui, face à la réalité de la gestion, le président Ahouanvoébla est en train de reculer sur tous les fronts. Un célèbre homme politique n’a- t-il pas déclaré que « les promesses sont faites pour les gens qui y croient». Cette assertion colle bien à Ahouanvoébla.Entre autres promesses qu’il a faites, c’est d’organiser tout juste après son élection une assemblée générale de réconciliation, de financer les autres disciplines, de construire un siège pour le Comité National Olympique et sportif du Bénin (Cnosb). En plus de tout ce qui est cité ci-dessus, une autre trouvaille du nouveau comité exécutif de la Fbf , c’est d’animer que des points de presse et non des conférences de presse afin d’affronter les journalistes. Le mérite que les Béninois reconnaissent à l’ ex-président de la Fbf , membre du comité exécutif de la Confédération africaine de football (Caf) et président de la Commission des médias de la Caf, Anjorin Moucharafou, c’est d’affronter la presse sportive à travers ses différentes questions. Ce n’est donc pas le cas des nouveaux princes de la Fédération. Mais, à l’allure où vont les choses, on pourra affirmer sans bégayer que le président Augustin Ahouanvoébla et les membres de son bureau conduisent peu à peu le football béninois dans l’abîme. Personne ne doit s’étonner de la mésentente entre les personnes qui se sont unies hier pour une cause commune mais aujourd’hui elles se battent pour leurs propres intérêts et non pour ceux collectifs. Le développement du football béninois ne se fera pas de nos jours. Les passionnés de cette discipline doivent encore attendre des années pour avoir satisfaction.