La Nouvelle Tribune

Les Ecureuils ont-ils l’étoffe pour battre l’Algérie?

Espace membre

Un calme apparent s’observe au sein des Ecureuils du Bénin, après les agitations et les déboires de la semaine écoulée. On connaît l’effectif qui va défier l’Algérie dimanche prochain, et on peut déjà le revisiter.

Sauf revirement de situation, le Bénin connaît afin la liste des 22 joueurs qui vont défendre les couleurs nationales face à l’Algérie, dimanche prochain au Stade Charles de Gaulles de Porto-Novo. On prend la liste publiée par la fédération et on l’enlève Mouri et David Djigla, tous deux blessés. Cette liste est complétée par l’arrivé de Jodel Dossou. Donc, on revient à une liste de consensus qui a repris les entraînements hier avec Rudi Gestede (joueur de Cardiff city, Angleterre). Alors revisitons cette liste ligne par ligne.

Cages. On le sait, en l’absence du Clermontois Fabien Farnolle (suspendu), c’est Bèmènou Guillaume qui est pressenti pour prendre place dans les buts béninois face aux Fennecs d’Algérie. Sans club, mais ayant déjà montré de belles choses en sélection, il a plus l’expérience que Saturnin Allagbè, et sa taille aussi plaide pour sa cause. Néanmoins, Amoros peut faire confiance au gardien de buts de l’Aspac (Bénin), Saturnin Allagbè. Une évidence: à ce poste, le Bénin n’a pas d’argument convainquant. Saturnin Allagbè n’est pas encore suffisamment fort pour assumer la tâche dans un match de haut niveau et aussi important pour le Bénin dans la course pour une place au dernier tour des éliminatoires du mondial brésilien.

La défense

C’est le véritable chantier que Manuel Amoros devra bâtir. Les habitués des deux postes de latéraux sont là et devraient pouvoir être titulaires dimanche prochain. Le problème se situe au niveau de l’axe central. Qui sera aux côtés de Jordan Adéoti? En tout cas, celui-là devra être capable d’apporter l’impact physique qu’il faut. Jordan est assez frêle et n’est pas impressionnant dans les duels. Il a le sens de positionnement et d’anticipation, une vision de jeu acceptable. Face aux fennecs, il sera précieux, mais il faudra l’aider en mettant un joueur capable d’aller aux charbons avec l’impact physique nécessaire. Quand on voit la liste, il y a deux potentiels candidats, Sossa Didier (Dragons, Benin) et Badarou Nana Nafiou (Aspac,  Benin). Mais, c’est deux là n’ont pas encore l’expérience du haut niveau et ne peuvent pas faire l’affaire. Amoros saura s’y faire.

Milieu

C’est de loin le meilleur secteur de cette équipe du Bénin, même si certains joueurs ne sont pas de premiers choix. Sans Mouri Ogounbiyi, l’entraîneur va concocter un milieu à quatre, dans son traditionnel 4-4-2. Koukou prendra surement le poste de milieu défensif. Il a une grosse activité physique mais traîne un défaut majeur: sa relance. A Niort, on dit qu’il s’est amélioré de ce côté-là. Si c’est vrai, il constituera une bonne sentinelle entre la défense et l’attaque, aux côtés probablement de Romuald Bocco dont la polyvalence a plus apporté à l’équipe qu’à lui-même. Sur les côtés, on n’a pas assez de solutions. Pascal Angan et Jodel Dossou peuvent jouer le rôle. Les deux sont techniquement bien et savent faire le jeu, même si Angan a été toujours l’ombre de lui-même en sélection. Jodel sort d’une saison assez bien fourni avec le Club africain de Tunis et est en forme. Avec la polémique qui a entouré sa venue en sélection, est-ce qu’il pourra donner le meilleur de lui-même? Amoros aura-t-il le cran de lui faire confiance? Vu l’intérêt qu’il porte pour le joueur et en l’absence de Mouri, le Français ne va pas le laisser sur le banc. En tout cas l’entraîneur n’a pas beaucoup de choix compte tenu du match.

Attaque

Le Bénin, dans ce domaine, n’est pas mieux loti. A part Rudy Gestede, crédité d’une bonne saison avec à la clé la montée de son club en Première League (Angleterre), le reste n’est qu’un ramassis de joueurs en quête d’un nouveau souffle. C’est une lapalissade qu’Abou Maïga n’a pas la gâchette facile, qu’Omotoyossi a passé 11 mois et qu’il n’a plus les jambes d’il y a deux ans. Alors, on serait tenté de dire que le poste d’attaquant de pointe est réservé à Rudy. Ainsi, il reste le second attaquant. Et Sessègnon est bien placé pour faire le job. Comme d’habitude, il a besoin de plus de liberté pour faire parler de lui. A lui tout seul, dans cette position, il peut faire basculer le match à tout moment.

Au-delà de toutes les considérations, il revient à l’entraîneur de trouver les combinaisons possibles, de faire rêver les Béninois. Mais, il ne fera qu’avec ce qu’il a et toutes les tergiversations autour de la préparation de cette rencontre ne sont pas de nature rassurante. Pendant que l’adversaire affrontait le Burkina-Faso, dimanche dernier à Blida, l’équipe du Bénin était au repos, et le samedi, les joueurs étaient dans un club pour célébrer l’anniversaire de leur capitaine.

Liste des 23 Ecureuils retenus

Gardiens: Fabien Farnolle (Clermont ferrant, France), Bèmènou Guillaume (sans club), Allagbé Saturnin (Aspac, Bénin)

Défenseurs: Menessou Arsène (la Louvière centre, Belgique), Adjamonsi Anicet (Colombe Locminé, France), Imorou Emmanuel (Clermont Ferrant France), Adéoti Jordan (Laval,  France), Sossa Didier (Dragons, Bénin), Badarou Nana Nafiou (Aspac,  Bénin), Lazadi Fousséni (Aspac, Bénin)

Milieux: Koukou Djiman (Niort, France), Sessègnon Stéphane (Sunderland, Angleterre), Bocco Romuald (Accrington, Angleterre), Angan Jean Louis Pascal (Cr Belouizdad, Algérie), Oscar Olou (Romorantin, France), Dassagaté Williams (Mogas 90, Bénin), Séidath Tchomogo (Panthères, Bénin), Dossou Jodel (Club Africain/ Tunisie)

Attaquants: Aoudou Mohamed (Codm Meknes, Maroc), Gestede Rudy (Cardiff city, Angleterre), Maïga Abou (Saint Malo, France), Omotoyossi Razack (Suède)