La Nouvelle Tribune

Football : le Bénin à l’école de l’amateurisme et de l’improvisation

Espace membre

 

Personne ne doit s’étonner du bras de fer qui existe actuellement entre le président de la Fédération béninoise de football (Fbf), Anjorin Moucharafou, et le sélectionneur national, Manuel Amoros, au sujet du différend qui les oppose sur les joueurs convoqués pour les matches Bénin # Algérie et Mali # Bénin, comptant respectivement pour les 4ème et 5ème journées des éliminatoires de la Coupe du monde Brésil 2014. Pourtant, il y a quelques mois, le président de la Fbf avait dit, à qui veut l’entendre, que l’entraîneur national a les mains libres pour convoquer les joueurs qu’il juge capable de lui donner satisfaction. Mais, aujourd’hui, qu’est-ce qu’on constate? Une immixtion du président de l’instance faîtière du football béninois dans le travail du technicien français par rapport au choix. C’est dommage pour les Ecureuils du Bénin qui, en ce moment, ont besoin d’un environnement sain autour d’eux pour relever le défi qui les attend, celui de se relancer dans la course de la qualification pour le dernier tour des éliminatoires du Mondial 2014. Tout porte à croire que les responsables en charge de la gestion des équipes nationales, n’ont aucun objectif, surtout à voir le comportement de certains responsables de la Fédération à l’endroit de celui qu’ils ont eux-mêmes librement recruté. Mais, les Béninois attendent de voir, les 09 et 16 juin prochains, l’attitude que Manuel Amoros doit adopter face à l’ intransigeance du président de la Fédération.

S’il doit manifester son mécontentement et sa désapprobation au calvaire qu’on est en train de lui faire subir, il doit sortir de son mutisme pour relever tous les dessous de la gestion de l’ équipe nationale, quitte à démissionner pour donner un signal fort à ceux qui doutent de lui. Sa menace de ne pas rester sur le banc, sera-t-elle mise à exécution ? Les jours à venir nous en diront plus long.