La Nouvelle Tribune

Gala international de boxe au Bénin : un pari à tenir pour relancer le noble art béninois

Espace membre

Longtemps engluée dans la léthargie, la boxe béninoise s’apprête à renaître de ces cendres avec l’annonce très prochaine d’un gala de boxe.  Mais, ce qui est devenu un luxe pour le Bénin, semble avoir du plomb dans l’aile faute de sponsor.

Les signaux ne sont pas encore au rouge. Mais, le Phénix a véritablement de la peine à renaître de ses cendres. Après plusieurs années de disette où la famille du noble art béninois s’est empêtrée dans des querelles de personne, Barthélémy Adoukonou revient à ses vieux amours. Le promoteur des grands rendez-vous de boxe au Bénin, a présenté son nouveau projet: celui d’un gala international de boxe dans les tout prochains jours, au Palais des sports du Stade de l’Amitié de Kouhounou. Deux combats de taille sont au programme dans la catégorie des super-légers. Le Béninois Ange Adjaho, actuellement aux Etats-Unis, croise les gants avec le champion du monde en titre de la catégorie, l’Américain Edson Soto. Avec trente deux (32) victoires, un nul et deux défaites en trente cinq (35) combats, le Béninois Victor Kpadénou (quatre fois champion d’Afrique) ira à l’assaut de l’Américain Brice Rumbolz, champion du monde en titre dans la catégorie des superwelters. En plus de ces deux combats phares d’une soirée qu’on rêve folle, plusieurs autres combats sont attendus avec titres continentaux à la clé. Entre autres, Shafiq Chitou (qui était aux J.O de Londres), Sulley Kèkè, Sévérin Oloubi, Jean Koffi et Anicet Amoussou vont boxer en version ABU.

Un défi à relever à tout prix

Tout le monde le sait, la boxe au Bénin a perdu ses lettres de noblesse. Les compétitions se font rares depuis plusieurs années, maintenant au point où, au cours d’un entretien sur une télévision de la place, le Président de Fédération béninoise de boxe en vienne à déclarer que la boxe ne nourrit pas son homme. Il n’a pas tort, car c’est ce qu’on en a fait au Bénin. Mais, il ne faut pas donner des raisons aux parents pour qu’ils s’abstiennent de laisser leurs enfants aller à la boxe. Et c’est là toute l’importance de l’évènement annoncé. C’est en réussissant à organiser ces genres de gala que, d’abord, les amoureux du noble art vont s’accroître, et qu’il y aura plus d’engouement autour de cette discipline. La mission essentielle pour le Bénin, c’est de redorer le blason d’une discipline qui lui à procuré assez de titres continentaux, plus que d’autres. Il faut relever le défi de l’organisation, pour redonner envie aux pugilistes béninois.

Activer les sponsors

Autorisé pas la Boxe office union et rendu possible par le gouvernement béninois, sur décision prise en Conseil des ministres, ce gala de boxe souffre du manque de sponsors. L’absence des sponsors à la soirée organisée par les organisateurs, samedi dernier, pour lancer le projet, en est un signe évocateur. Il faut que tout le monde s’y mette pour faire venir les sponsors. Et pour qui sait ce qu’était ce genre d’évènement dans un passé récent, il est clair que le soutenir ne fera qu’un bon coup publicitaire pour les entreprises et sociétés de la place. Mieux, une dizaine de combats sont attendus lors du gala. Et pour que tous les combats aient lieu, il faut les moyens et  ne pas se contenter du minimum, comme l’a relevé le promoteur. Il faut soutenir ce gala pour que d’autres s’ensuivent.