La Nouvelle Tribune

Valère Houandinou parle de ses relations avec Stephen Keshi

Espace membre

 

Le Béninois Valère Houandinou qui fait actuellement la fierté du Bénin aux côtés du sélectionneur national des Super Eagles du Nigeria, Stephen Késhi, a levé un coin de voile, lors d’une interview qu’il a accordée à la radio Atlantic Fm, sur les relations qu’il entretient avec le technicien nigérian depuis quelques années.

Fidèle compagnon du sélectionneur national des Super Eagles du Nigeria, Stephen Késhi, depuis des années, le Béninois Valère Houandinou a parlé, samedi dernier dans l’émission sportive « Week-end sport » de la radio Atlantic Fm, de ce qui le lie à ce dernier. Pour lui, il a joué avec Keshi à Africa Continental Bank au Nigeria pendant trois (03) ans. C’est à partir de là qu’il a gardé le contact avec lui jusqu’à sa nomination à la tête des Eperviers du Togo en 2004. C’est justement à partir du Togo que son aventure d’assistant de l’entraîneur nigérian a débuté, en passant par le Mali pour chuter au Nigeria. Selon lui, Stephen Keshi connait ses qualités, notamment sur le plan de la détection, puisqu’ils ont eu à jouer ensemble. Le technicien béninois a affirmé que son homologue du Nigeria reconnaît ses compétences comme il l’a déclaré, surtout que tous les deux ils se complètent, car le patron du staff technique du Onze national nigérian n’hésite pas à prendre en compte à 90%, ses avis sur tel ou tel joueur.

Lire aussi : Angleterre / Sunderland : Sessègnon a le vent en poupe

Le sacre du Nigeria

A propos du sacre du Nigeria en Afrique du Sud lors de la Coupe d’Afrique des Nations (Can) de football, Valère Houandinou a laissé entendre que : « N’importe quel pays où on doit être, on doit gagner la Can». Comme il l’a dit : « on a amené dix sept (17) joueurs qui n’ont jamais joué la Can. On a même écarté le capitaine Joseph Yobo. Dans mon métier d’entraîneur, il faut prendre des risques ».  Au soir du sacre des Super Eagles du Nigeria, il a déclaré qu’il était très heureux d’avoir gagné la Can, ajoutant que si c’était le Bénin, il serait encore plus heureux et fier. C’est pour montrer son attachement à son pays qu’il est venu rencontrer le ministre de la Jeunesse des Sports et des Loisirs, Didier Aplogan.

Problèmes de Keshi avec la Fédération

Concernant la mésentente qui existe entre le technicien nigérian, Stephen Keshi, et la Fédération nigériane de football, il a affirmé qu’il s’agit peut-être de problèmes de personnes. Pour Valère Houandinou, «il n’y a pas de problèmes. » Peut-être est-ce dû au fait que Keshi n’a pas accepté qu’on lui impose des joueurs, lors de la coupe d’Afrique des Nations. Au sujet de ses relations avec les membres de la Fédération béninoise de football (Fbf), il a déclaré qu’il est en très bon terme avec ces derniers.

Entraîneur des Ecureuils du Bénin

«Je suis très connu au Bénin. Au temps de Théophile Montcho, il voulait amener Késhi et moi au Bénin, mais cela n’a plus été possible», a révélé Houandinou. Pour lui, si un jour l’opportunité se présente, il répondra présent. Son ambition aujourd’hui est de créer une équipe dans sa localité. Il compte donc mettre au profit du football béninois, toutes les expériences qu’il a acquises tout au long de ces années aux côtés de Késhi, en tant que son assistant. Il n’a pas manqué de remercier les Béninois qui ne cessent de le soutenir et de prier pour lui pour que tout aille bien.

Qui est vraiment Valère Houandinou ?

Ancien joueur du Dahomey, Valère Houandinou a quitté le Bénin en 1975. « Quand il n’y a plus le football, on a décidé de partir » a déclaré ce dernier. Ensuite, il est allé monnayer ses talents dans le championnat nigérian où il a évolué dans le club de Africa Continental Bank pendant trois (3) ans. Reconverti comme entraîneur, Il a été l’entraîneur du club d’Asaco qui a fait le beau jour du football béninois. Selon lui, avec ce club, il a connu de meilleurs moments. Il a eu à former beaucoup de joueurs qui ont fait la fierté des Ecureuils du Bénin. Il a été également l’entraîneur d’Asko de Kara, un club du Nord du Togo. Il a eu à travailler, entre autres, avec Bio Tchané Brice et Edmé Codjo. Son véritable travail en tant que sélectionneur a commencé au Togo, lorsque Stephen Keshi lui a fait appel pour venir le seconder dans le staff technique des Eperviers du Togo. Après, les deux amis ont eu à trainer leur bosse au Mali, puis au Nigeria où la chance leur a souri avec le sacre des Super Eagles du Nigeria à la Can Afrique du Sud 2013.