La Nouvelle Tribune

Algérie # Bénin : au moins un nul pour exister dans la course

Espace membre

 

En prenant la première place du groupe H des éliminatoires du mondial 2014, dimanche dernier à Kigali, grâce notamment à sa victoire (2-1) devant le Rwanda, le Mali met la pression sur le Bénin qui joue ce jour sans Sessègnon et Poté à Blida en Algérie.

L’enfilade ce soir (20 h 30, heure béninoise) à Blida, entre l’Algérie et le Bénin, s’annonce difficile pour les Ecureuils. Ils n’y vont pas en victimes expiatoires, mais avec la pression derrière eux. Le Mali est parti s’imposer à Kigali devant le Rwanda et prend la tête du groupe avec six points. Les Aigles chipent ainsi la première place aux Ecureuils (4 points), qui doivent faire un résultat aujourd’hui, pour espérer exister dans ces éliminatoires de la Coupe du Monde qu’accueillera le Brésil en 2014. Amoros et son groupe veulent à tout prix préserver leur chance dans cette campagne. Car, pour le Français, ne pas se qualifier pour ce mondial serait un échec, quel que soit son bilan. Après que le Bénin ait raté la Coupe d’Afrique des nations Afrique du Sud 2013, la coupe du monde reste le seul objectif que la Fédération béninoise de football (Fbf) et le Ministère des sports ont fixé à l’ex-international français. Alors, il n’a plus droit à l’erreur et le match de ce jour est capital. Avoir au moins sept points avant la manche retour de ces éliminatoires, serait un avantage certain pour le Bénin qui devra recevoir deux fois (l’Algérie et le Rwanda).

Sans son atout majeur

Les nouvelles ne sont pas bonnes pour Manuel Amoros. Déjà à Blida avec son groupe depuis hier, l’ancien latéral droit de l’équipe de France n’a pas tous ces joueurs sous la main. Le capitaine Stéphane Sessègnon n’a pas effectué le déplacement. Selon les informations publiées sur le site de son club Sunderland, le meneur du jeu béninois a décidé de rester en Angleterre pour soigner sa blessure contractée lors du match qui a opposé son club et Norwich, mercredi dernier en League 1. Ce qui amène l’entraîneur béninois à réviser son plan d’attaque. Quand on sait le poids de l’ex-parisien en équipe nationale, on imagine que la mission se complique pour le Bénin. Cela d’autant plus que Michael Poté aussi est forfait pour le match d’aujourd’hui (adducteur). L’attaquant de Dynamo Dresde (D2 allemande), même s’il n’est pas souvent en réussite en sélection, est l’un des joueurs cadres de l’équipe. Ces deux grosses absences affaiblissent considérablement le groupe et amenuisent les options de choix d’Amoros. Mais, il pourra compter sur Mouri Ogoubiyi de retour en sélection, après trois mois d’absence. Certes, Mouri est un pion indispensable dans son club (Nîmes Olympiques, ligue 2 France). Mais, les conditions dans lesquelles il a été rappelé en sélection ne sont pas du genre à motiver le joueur. Ecarté pour les deux premières journées de ces éliminatoires pour, selon Amoros, manque de motivation parce qu’il jouait beaucoup plus de matches avec son club, il ne figurait pas sur la liste rendue publique par l’entraîneur pour le match de ce jour. Ceci parce qu’Amoros trouvait qu’il n’entrait pas dans son système. Mais, deux semaines après, il lui refait appel, au même titre qu’Omotoyossi, sans club depuis plus de neuf mois. On a du mal à comprendre ce revirement du coach ; mais, les deux appelés de la dernière heure sont là.

En Algérie, oublier la désillusion

Pour les Fennecs, plus qu’un match pour la course au Brésil, ce match est celui de la réconciliation. C’est la première occasion pour eux de se faire pardonner leur rendez-vous manqué d’Afrique du Sud, lors de la Can (janvier-février 2013). Les Fennecs veulent se réconcilier avec leur public. Pour cela, ils doivent faire un bon match. Un nul sera une défaite et compromettrait dangereusement leur chance pour une qualification au mondial du Brésil. Ferghouli suspendu, l’entraîneur Vahid Halilovic peut compter sur le retour en sélection de Bouguerra. Avec une victoire, l’Algérien disputera la tête du groupe avec le Mali (ils auront six points chacun) pour rendre la phase retour prometteuse. Dans la fraîcheur du stade Mustapha Tchaker de Blida, les Ecureuils vont donc attendre l’adversaire et essayer de ne pas geler, avec deux nouveaux, Yannick Togandé et Rudy Gestede.
Arthur Sélo

De fin juin à juillet prochain, les Aiglons du Mali, les Pharaons juniors de l’Egypte, les Black Starlets du Ghana et les Flying Eaglets du Nigeria, participeront à la Coupe du monde juniors de football, qui se déroulera en Turquie.  Lors des matches de poule de la 18ème édition de  la Coupe d’Afrique  des  Nations (Can) Algérie 2013, les Egyptiens, premiers du groupe A avec neuf (09) points, ont battu successivement le Ghana et l’Algérie. Quant aux Ghanéens, ils ont pris la deuxième place de ce groupe A, après avoir été battus pour leur  première sortie par les Egyptiens et ont obtenu deux précieuses victoires sur les Béninois et les Algériens. Avec ses deux victoires, ils se qualifient ainsi pour les demi-finales, synonyme de l’obtention de leur billet pour le Mondial 2013. C’est  le même cas chez les Egyptiens  qui vont aller goûter les  délices de cette compétition. Dans le groupe B, c’est le Mali et le Nigéria, deux  pays de l’Afrique occidentale, qui représenteront le continent africain à cette coupe du monde des moins de 20 ans.  Maliens et Nigérians ont gagné chacun deux rencontres,  mais  les Maliens occupent la première place du groupe B pour avoir dicté leur loi à ces  Nigérians.
Roland Affanou