La Nouvelle Tribune

Gestion de la Fédération béninoise de pétanque : les secrets d’un ancien président de ligue

Espace membre

 

La séance de travail que le président de la  Confédération africaine de Sports boules (Casb), Idrissou  Ibrahima, a eu avec les acteurs de la discipline, samedi dernier à la salle de conférence du Cnosb, a été riche d’enseignements avec l’intervention de l’ancien président de la ligue Atlantique/ Littoral de  pétanque.

La  rencontre du président de la Confédération africaine de Sports boules (Casb), samedi dernier à la salle de conférence du Comité National Olympique et Sportif du Bénin (Cnosb), avec les présidents des ligues départementales et les anciennes gloires de la discipline, a permis  à chacun d’entre eux de dire  sa part de vérité dans ce qui se passe au sein du comité exécutif de la Fédération béninoise de Pétanque (Fbp). Pour le président de la ligue du Borgou/Alibori, «les responsables de la Fédération manque de deux choses. Premièrement, c’est qu’ils ne négocient pas avec les autorités de la place et, deuxièmement, ils manquent d’initiative concernant la recherche des sponsors. Quant au président de la ligue Ouémé/ Plateau, représentant celle du Zou/Collines, ils ont demandé purement et simplement au président de la Casb de dissoudre la Fédération et d’organiser dans les plus brefs délais une nouvelle Assemblée générale élective pour renouveler le comité exécutif de la FbP  Benjamin Zinsou, ancien de la ligue Atlantique/Littoral, a, pour sa part, déclaré que le président de la Fbp, Emile Mensah, n’a pas bénéficié de la collaboration des membres de son bureau. Pour lui, s’il  y a un dysfonctionnement, c’est qu’il y a un manque de communication. Il devrait affirmer son autorité vis-à-vis de ces collaborateurs en les sanctionnant s’ils enfreignent ses instructions.  Aussi, il n’a pas manqué de dire que «les sponsors sont là. Il  faut frapper à tout moment à leur porte ». Il  a également invité les membres de la  Fédération à être en contact permanent avec la Confédération. Le président de la Casb a suggéré aux anciennes gloires de faire recours à leurs expériences acquises, afin que la crise au niveau de la pétanque soit résolue. Il a même martelé que désormais il n’y aura plus de président de Fédération  sans programme. Emile  Mensah, très remonté avec la  situation actuelle qui se passe au sein du comité exécutif, conclut en  ses termes : « La meilleure solution, c’est de se soumettre à la décision du ministre avant fin janvier 2013, avec de nouvelles têtes ». Comme  son  bureau  est réduit à trois personnes, il a souhaité implicitement l’organisation dans les plus brefs délais d’une assemblée générale élective pour doter la pétanque d’un bureau fédéral digne du nom. N’est-ce donc pas ce qu’il met implicitement dans cette phrase que nous citons: « …c’est de se soumettre à la décision du ministre avant fin janvier 2013 avec de nouvelles têtes.». Comme le président de la Casb l’a souligné : « La  pétanque béninoise ne va pas mourir…. A partir de 2013, si le besoin se faire sentir que je vienne sauver les meubles, je le ferai ».