La Nouvelle Tribune

Eliminatoires Can cadets 2013/ Bénin # Gabon : le nul d’au revoir

Espace membre

(Yayi, témoin oculaire de l’échec) C’est en présence du Présent de la République, Yayi Boni, que le soleil des Écureuils cadets s’est éteint, hier au stade Charles de Gaulle de Porto-Novo où les Panthèreaux du Gabon ont arraché un nul qui met fin à l’aventure des Béninois.

Hier, le stade Charles de Gaulle, a été témoin pour la première fois depuis sa rénovation, de la grande déception qui se lisait dans les yeux et les gestes de ceux qui l’ont rempli. Comme quoi «plus haut est ton ascension plus rude sera ta chute». Les jérémiades des uns et des autres au coup de sifflet final de l’arbitre nigérian, Ogouyamodi Henry, sont sans doute à la hauteur de l’espoir que tout le stade portait. Et à voir la manière dont l’entraîneur Lafiou Yessoufou s’est laissé tomber dans son siège les deux mains sur la tête, on peut croire que tous, ils reviennaient de loin. Et que dire des plaintes du président de la Fédération béninois de football (Fbf), Anjorin Moucharaf, les deux mains accrochées aux supports du banc de touche des Écureuils. Le stade a même commencé à se vider une quinzaine de minutes avant la fin de la rencontre. Et comme d’habitude, une partie du public a sifflé les jeunes au moment même où ils avaient besoin de leur encouragement. Et dire qu’un seul but sans en encaisser suffisait!

Ils n’ont pas fait le jeu

De cette soirée d’hier, on gardera des souvenirs car, jamais le Bénin n’a été si proche d’une qualification à une phase finale de la Can dans cette catégorie d’âge. Et on y gardera aussi des regrets. D’abord, d’avoir manqué un pénalty gracieusement offert par l’arbitre (12e minute) quatre minutes seulement après l’ouverture du score des Gabonais. Makou Roussos semble ne pas aimer les offrandes et au moment d’égaliser, il remet la balle dans les gants de Menene Mekosso. On regrettera aussi de ne pas retrouver, hier, une grande équipe des Écureuils qui a tant donné l’envie. Le match d’hier on l’oublierait vite s’il n’était pas le symbole de l’élimination du Bénin. Tant les lignes se sont étirées au fur et à mesure que la rencontre avançait et même quant au retour des vestiaires, l’équipe béninoise a délaissé le 4.4.2 de départ pour un 4-3-3. Les Béninois ont péché dans tous les compartiments et ont subi l’impact physique imposé par des Panthèreaux solidaires et agressifs.

Yayi aurait dû ne pas venir

Les Gabonais n’étaient pas venus pour garder le score du match aller (2-1, le 17 novembre dernier). Avec leur 4-1-3-2, ils ont empêché constamment la transmission de balle des jeunes Béninois qui ont vite perdu la bataille du milieu de terrains. Et à chaque ballon, les Gabonais faisaient passer des frissons aux supporteurs béninois. Peut-être que les nôtres ont bien assimilé la leçon de réalisme des Gabonais. Car, c’est sur leur seule occasion qu’ils ont ouvert le score par le remuant Loko Lesa (8’), 1-0. Et ceci alors même que le Président de la République Boni Yayi, s’apprêtait à prendre place à la loge officielle. Comme pour donner raison à ceux qui avaient prédit que sa présence au stade serait fatale pour le Bénin. Il n’est pas la poisse quand même! Et quand, il s’est retiré avant même la fin, le Bénin était revenu au score notamment grâce un pénalty d'Ulrich Quenum (48’, 1-1). Les quelques gestes d’orgueils des jeunes Béninois ne changeront rien, ni les six minutes de temps additionnel. Et c’est Bernard Tapie, mascotte traditionnelle des équipes béninoises qui résume bien: «aho tcho, Maroc tché glo » (mon Maroc est impossible).

Le tenant du titre éliminé

Le rêve des étalons cadets du Burkina Faso vient d’être brisé, samedi dernier à Tunis dans le cadre du match retour du 3ème et dernier tour des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations (Can) des cadets Maroc 2013, par les aigles cadets de Carthage de la Tunisie. Le Burkina Faso, tenant du titre de la précédente édition, ne pourra donc pas défendre son titre au Maroc. Le chemin lui a été barré par les jeunes Tunisiens qui l’ont battu par le score de 3 buts à 0 après avoir trébuché à Ouagadougou à la rencontre aller, par 2 buts à 1. Quant aux Éléphanteaux de la Côte d’Ivoire, ils ont obtenu leur billet pour la Can cadets 2013 en éliminant les Lions cadets de la Téranga du Sénégal, par 2 buts à 1 (1 but partout à l’aller). Le Congo-Brazzaville s’est qualifié pour Maroc 2013, suite à sa victoire sur la Tanzanie par 2 buts à 0 (1 but à 0 pour la Tanzanie à l’aller). Le Ghana de son côté a décroché sa qualification pour la phase de la Can des moins de 17 ans, après avoir dicté sa loi respectivement à l’Afrique du Sud par 3 buts à 2 à l’aller et 2 buts à 1 au retour. Il faut signaler que le Maroc, en tant que pays organisateur, est d’office qualifié pour cette compétition.

Résultats des matches retour de Can Cadets Maroc  2013

Congo – Tanzanie 2-0 (0-1 à l’aller)

Tunisie – Burkina Faso 3-0 (1-2 à l’aller)

Ghana – Afrique du Sud 2-1 (3-2 à l’aller)

Côte d’Ivoire – Sénégal 2-1 (1-1 à l’aller)

Mali – Nigeria 0-2  (0-2 à l’aller)

Bénin – Gabon 1-1  (1-2 à l’aller)

Algérie – Botswana (1-1 à l’aller)

Equipes qualifiées pour la CAN cadets :

Maroc (pays hôte), Congo, Côte d’Ivoire, Ghana, Tunisie,Gabon,Nigeria