La Nouvelle Tribune

Les Ecureuils du Bénin abandonnés à leur sort

Espace membre

(Où est passé Manuel Amoros?) La préparation des Ecureuils du Bénin pour le match contre les Fennecs de l’Algérie en mars 2013 à Alger et rentrant dans le cadre de la 3ème journée des éliminatoires de la Coupe du monde 2014, piétine. 

Le sélectionneur national Manuel Amoros à qui incombe la responsabilité de conduire l’équipe nationale s’est réfugié dans un silence inquiétant. Les férus du cuir rond se demandent si l’argent du contribuable n’est pas en train d’être gaspillé.

Dans six mois, les Ecureuils du Bénin affronteront, à Alger, les Fennecs de l’Algérie dans le cadre de la 3ème journée des éliminatoires de la Coupe du monde Brésil 2014. Le match Algérie # Bénin d’une importance capitale pour les Béninois n’est pas pris au sérieux par le patron de l’encadrement technique de la sélection nationale, Manuel Amoros. Ce dernier, depuis l’élimination du Bénin de la course de la qualification pour la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations (Can) Afrique du Sud 2013, est devenu introuvable. Or, aujourd’hui, l’équipe nationale du Bénin a d’énormes problèmes. La sanction du défenseur Khaled Adénon et l’éternel problème du latéral droit sont autant de faits sur lesquels Amoros doit se pencher très tôt au lieu de se murer dans un silence inquiétant. Comme un adage le dit si bien : « qui va loin ménage sa monture.». Du côté du sélectionneur national, ce n’est pas le cas. Il préfère penser à lui-même au lieu d’exécuter les tâches pressantes pour lesquelles il est payé. Par exemple, pendant cette période de vacances, il y a des tournois de football qui se déroulent sur toute l’étendue du territoire national. Le rôle de Amoros, devrait être de superviser ces tournois afin de dénicher l’oiseau rare. Aussi, doit-il établir un chronogramme fixe pour former les entraîneurs de toutes les divisions. La préparation des Ecureuils ne doit pas lui échapper. Il faut qu’il fasse connaître à l’opinion publique sa feuille de route durant le laps de temps qui le sépare de ce match.Premier de son groupe avec quatre (04) points devant l’Algérie , le Mali et le Rwanda, il est primordial que les dirigeants de football en charge de la gestion des équipes nationales interpellent le technicien français pour que celui-ci se mette à travailler au lieu d’attendre moins de deux semaines de la rencontre pour faire semblant devant le public sportif béninois qu’il a à cœur la qualification de la sélection nationale pour la Can 2013.

Le remplacement de Adénon en question

Aujourd’hui, une prospection doit-être faite tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays pour détecter le joueur capable de remplacer Adénon pendant qu’il est en train de purger la sanction à lui infligée par la commission de discipline de la Confédération africaine de football (Caf). Le bastion défensif, au temps du capitaine Amadou Moudachirou, Tony Toclomètin et Damien Chrysostome, était presque un mur infranchissable mais depuis quelques moments, il est devenu perméable. Perméable en ce sens que certains techniciens qui ont été à la tête des Ecureuils n’ont pas su introduire progressivement de nouveaux éléments pour que ceux –ci apprennent auprès de leurs aînés. Le pont a été rapidement coupé entre les anciens et les nouveaux joueurs au niveau de la défense.

Amoros doit apporter sa touche

Limogé injustement en février 2010 au lendemain du retour des Ecureuils du Bénin de la Coupe d’Afrique des Nations ( Can)Angola 2010, le technicien Michel Dussuyer est un entraîneur méthodique et qui a la suite dans les idées. Son départ du Bénin a fait perdre beaucoup de chose à la sélection. C’est un technicien qui a le flair. Il sait faire confiance aux jeunes joueurs. Il n’attend pas qu’on mette la pression sur lui avant de faire son plan de préparation à court et à long terme. Il a su rajeunir au bon moment l’effectif des Ecureuils et a permis au Bénin d’avoir des joueurs talentueux.Il est accessible et protège ses joueurs . Il ne veut pas qu’on lui impose des joueurs. Les dirigeants de la Fédération béninoise de football (Fbf) en savent quelque chose.En Guinée Conakry , tout le monde est en train de voir le travail qu’ il abat dans le football de ce pays. Depuis qu’il a pris les reines du staff technique, il n’a même pas pu dénicher un Ecureuil qui évolue dans des championnats de haut niveau. Les joueurs professionnels qu’il a rencontrés dans l’hexagone et ailleurs sont ceux avec qui Dussuyer a déjà pris langue. Alors, quel travail de détection il a fait depuis qu’il est à la tête des Ecureuils?