La Nouvelle Tribune

Politique de détection des talents dans les disciplines sportives : la nécessité de revoir le système dans lequel ils vont évoluer

Espace membre

Le ministre des sports a entamé depuis un certain temps une politique de détection de talents à l’état brut. Une démarche appréciable qui portera ses fruits à la seule condition qu’on repense le sport national.

Le samedi dernier, les populations de Covè, d’Abomey et des environs ont eu droit aux inter-communes de cyclisme. Celles-ci, organisées par le ministre des sports en collaboration avec la Fédération béninoise de cyclisme (Fbc), visent la détection des nouveaux talents bruts. Ces derniers qui sont censés ne connaître aucune des notions de professionnalisme liées à cette discipline seront mis à la disposition de la Fbc. La tâche qui incombe donc à la fédération est qu’elle affecte des entraîneurs à ces athlètes. Les techniciens vont essayer de faire découvrir à ces jeunes talents la dimension professionnelle de ce sport dans leur milieu de vie habituelle afin d’en faire des champions de demain. Cette détection a eu lieu aussi au niveau de l’athlétisme et de la natation (première discipline expérimentale). En natation, un premier bilan a été fait, pour voir la progression des nageurs qui ont pris connaissance avec la pratique professionnelle de la discipline.

Cette politique est à saluer car elle répond dans une certaine mesure à la nécessité de retourner à la base pour la pratique du sport compétitif dans notre pays. Elle augure d’un lendemain meilleur au sport national qui a passé déjà cinquante deux (52) ans dans un balbutiement à n’en point finir. Si on ne biaise pas avec l’âge des sportifs, cela va permettre d’avoir des jeunes qu’on peut suivre en organisant des compétitions de catégories d’âge. Mais, le véritable problème c’est le suivi de ces jeunes talents. Dans quels systèmes on veut les intégrer?

Organisation et fonctionnement des Fédérations

Dans le système actuel cette initiation semble vouée à l’échec. Pour cause, la situation des Fédérations n’est pas du genre à favoriser l’éclosion et l’épanouissement des talents. L’environnement et la gestion qui sont faits des Fédérations ne permettent pas aux athlètes de se donner entièrement à leur passion. La guerre de leadership au sein des différentes Fédérations fait que les dirigeants au lieu de penser au développement du sport passent leur temps à tourner en rond. Très peu de Fédérations ont des projets clairs de développement de leur discipline. Très peu d’entre elles arrivent à organiser régulièrement des championnats nationaux. Dans un système où on n’a pratiquement pas de compétitions pour les différentes catégories d’âges, comment les talents peuvent-ils s’affirmer? Il faut repenser donc la politique de nos fédérations afin qu’on ait de structures modernes et une bonne gestion de nos fédérations. A l’heure actuelle, on peut compter au bout des doigts les fédérations qui disposent un chronogramme fixe et clair des compétitions statutaires qu’elles organisent. Un autre problème, c’est le financement de ces fédérations. Le budget alloué à ces fédérations est insignifiant. Mais alors, il faut créer des conditions qui permettent aux privés d’investir dans le sport. Autrement, on aura beau détecté des talents, sans des compétitions et un environnement sain cela n’aboutira à rien de concret.