La Nouvelle Tribune

Coupe de l’Uemoa : l’ équipe nationale locale toujours inexistante

Espace membre

Alors que la date de la reprise du championnat national de football n’est pas encore connue, les joueurs sont inactifs malgré l’imminence du tournoi de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (Uemoa)

Depuis plus de deux mois déjà que le championnat national de transition est arrivé à terme, les joueurs sont livrés à eux-mêmes. Dans le meilleur des cas, certains se mettent à jouer les tournois de quartier communément appelé tournoi de ‘’petits camps’’.  Pour des joueurs de l’échelon supérieur du football national, cela est inacceptable. Car, non seulement ce sont des tournois de bas niveau, parfois certains coups dangereux passent sans que les arbitres occasionnels qui officient ces rencontres ne sanctionnent. Ce qui met en danger ces joueurs. De plus, avec le niveau de ces tournois, on peut se demander si cela leur apporte quelque chose sur le plan technique   et tactique. Dans un pays sérieux où les clubs sont vraiment responsables, de telles choses ne peuvent pas se passer. Tout se passe comme si les clubs n’avaient aucun regard sur ces joueurs en temps de vacances.
Pourtant, à défaut d’une participation à la Coupe d’Afrique des Nations (Can) Afrique du Sud 2013 et d’une qualification incertaine à la Coupe du monde Brésil 2014, le Bénin s’est fixé pour objectif majeur, de remporter la coupe de l’Union économique et monétaire des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Uemoa). Cela a été consigné dans le contrat de Manuel Amoros.  Ce tournoi est exclusivement  réservé aux joueurs locaux qui évoluent  dans les championnats de cet espace géographique. Mais, depuis, non seulement le français a disparu mais rien ne se fait non plus pour préparer cette compétition qui est imminent. On ne va pas quand même préparer ce tournoi en jouant aux petits camps. Un certain nombre de regroupements avaient été faits. Il avait été dit qu’à terme, une liste de joueurs retenus pour composer l’équipe locale serait communiquée. Depuis, aucune liste n’a été publiée et personne ne peut dire avec certitude quels sont les joueurs de cette équipe locale.
Or, on pouvait prendre ce temps d’oisiveté  regrouper les joueurs retenus et de les faire travailler afin qu’ils gardent la forme. La cohésion et la fluidité du jeu restent des défauts majeurs de toutes les équipes béninoises. Alors, on peut mettre à profit ces vacances pour au moins donner une identité à l’équipe locale pour autant qu’on ait pour ambition de prendre ce trophée de l’Uemoa. Les dirigeants doivent revoir leur copie et s’activer pour qu’on ait une équipe locale compétitive.