La Nouvelle Tribune

Encore une journée Fifa manquée par les Ecureuils

Espace membre

Alors que les dirigeants se gargarisent d’une première place du groupe H des éliminatoires du Mondial Brésil 2014, le Bénin n’a pas saisi l’occasion de la journée Fifa pour revoir son effectif. Peut-être qu’on attend mars 2013.

Quand on est dans un groupe comme celui du Bénin composé de l’Algérie, du Mali et du Rwanda et qu’on se retrouve après deux journées des éliminatoires du Mondial Brésil 2014 premier d’un tel groupe, on ne peut pas se permettre un certain nombre de choses. On ne peut pas s’abstenir de travailler et de continuer de tester des binationaux (la nouvelle trouvaille des dirigeants).  A moins qu’on soit conscient qu’une qualification pour la Coupe du monde brésilienne est inaccessible et qu’il ne sert à rien d’y consacrer de l’énergie et de moyens. Et pourtant, on a chanté sur tous les toits que le Bénin est en tête de son groupe et doit se qualifier surtout qu’on a sacrifié à cet autel une participation à la Coupe d’Afrique des Nations (Can) Afrique du Sud  2013. Mais alors, pourquoi depuis le mois de juin, on n’enttend plus parler de la sélection A du Bénin? Le Bénin à l’instar de ses pairs africains, a toujours déploré le fait que ses internationaux viennent tard lorsqu’il s’agit de défendre les couleurs nationales et qu’ils disposent d’un temps assez cours pour préparer les échéances. D’ailleurs,  on a trop souvent fait de cela la cause des échecs de l’équipe du Bénin.
Mais, alors qu’on se plaint toujours du temps, on se permet le vilain luxe de laisser passer les journées consacrées par la Fédération Internationale de football associations (Fifa) pour que les équipes nationales puissent disputer des rencontres amicales entre elles. Les 14 et 15 août derniers étaient des journées Fifa. Certaines nations comme le RD Congo, le Mali, le Sénégal, le Niger et autres ont livré des matches amicaux. La France qui sort de L’Euro et qui a changé d’entraîneur a joué hier un match contre l’Uruguay. Pendant ce temps, le Bénin croise les bras et attend.

Amoros, le disparu

Depuis la désillusion du 17 juin dernier qui prive le Bénin de la messe continentale qui aura lieu en janvier et février 2013 en Afrique du Sud, on n’entend plus Amoros, le sélectionneur des Ecureuils. C’est à lui de planifier la préparation des Ecureuils jusqu’en mars 2013, mois où les éliminatoires de la Coupe du monde Brésil 2014 reprennent. C’est donc lui qui doit proposer des matches amicaux pour rôder de temps à autre son effectif.  Mais, rien ni fit et les dirigeants aussi n’ont rien fait. Pourtant on continue de payer  le technicien français. Pour quel travail? On nous dira peut-être qu’il est en France pour détecter de nouveaux joueurs. Mais, avant et après la détection, il faut que le groupe se retrouve pour continuer de peaufiner les automatismes. L’Espagne qui n’en finit pas de régner sans partage sur la planète foot n’a jamais dérogé à la tradition des journées Fifa encore que la Roja peut se le permettre. Le public attendra avec impatience les arguments qui seront servis quand la compagne du mondial se terminera sans une qualification du Bénin.