La Nouvelle Tribune

«La Fifa joue un jeu flou: le ministre a induit le gouvernement en erreur»

Espace membre

(La Cour Suprême donnera son verdict le 21 juin prochain) Sans détour, Bernard Hounouvi, Directeur exécutif de la Fédération béninoise de football (Fbf), «bureau Atolou»

, a donné des réponses aux questions qui lui étaient posées dans «Zone franche», de ce dimanche, consacré au football notamment dans la crise qui secoue ce secteur au Bénin.

«La Fifa n’a pas le droit de s’immiscer dans les affaires internes du football béninois». C’est par ces propos que Bernard Hounouvi, Directeur exécutif de la Fédération béninoise de football, «bureau Attolou» juge incompétente la Fifa  dans la résolution de la crise à la Fédération béninoise de football (Fbf). Selon ses explications, la crise qui secoue le football béninois est interne à la Fédération béninoise, et les textes de la Fifa prévoient dans ce cas de figure que ce soit un tribunal arbitral du football qui tranche. Mais comme ce tribunal n’a pas été installé par la fédération au Bénin, plein pouvoir est donc donné au tribunal ordinaire pour trancher. Et, c’est pourquoi le tribunal de première instance de Porto-Novo a été saisi par le bureau auquel il appartient, pour décider. La décision du tribunal bien connue de tous est rendue en faveur des plaignants. Et, maintenant les regards sont tournés vers la  Cour Suprême qui fera connaître sa position le 21 juin prochain. A en croire l’invité, quelle que soit la décision de la Cour, le «bureau Atolou» la respectera. Pour Bernard Hounouvi, la Fifa n’a pas joué franc jeu dans la résolution de la crise du football béninois.

«Le Ministre Akplogan a induit le gouvernement en erreur»

Aux mots de l’invité, le ministre Akplogan avait une position partisane dans sa volonté de concilier les différentes parties. «Il a fait son choix», informe-t-il citant en exemple le refus du ministre de recevoir le «bureau Atolou» qui lui a pourtant adressé à plusieurs reprises des demandes d’audience. Selon ses précisions, le ministre n’a reçu les membres de ce bureau qu’il qualifie d’ailleurs de «terroriste» que sur demande du gouvernement. Bernard Hounouvi  pense que le «ministre Akplogan a induit le gouvernement en erreur en lui demandant d’entériner la décision de la Tas».

Parlant des raisons pour lesquelles certains clubs notamment ceux dont les présidents soutiennent le «camp Atolou» n’ont pas participé au «championnat de transition», l’invité évoque la non-organisation de l’Ag devant adopter les  règlements régissant la compétition. «La saison écoulée, il n’y a pas de règlements», argumente-il avant d’illustrer avec une dispute survenue à la 7ème journée de ce championnat du fait de la participation de certains joueurs sans licence. Selon lui, c’est également une question de licence qui est à l’origine de la fermeture du centre de formation «Cifas» de Ajavon qui demandait telle que prévue par les textes que soit délivré à ses élèves-footballeurs la licence fédérale. Cette demande a été refusée par la Fédération béninoise de football et cela ajouté à d’autres raisons ont conduit au retrait de l’homme, du football national. De sources concordantes, Ajavon aurait été approché par des clubs étrangers pour contribution. Laquelle contribution se ferait au grand dam du football béninois qui a sérieusement besoin d’infrastructures sportives et d’accompagnements financiers.