La Nouvelle Tribune

Que peuvent les Ecureuils de Manuel Amoros?

Espace membre

Le match aller  Ethiopie # Bénin  comptant  pour  le 1er tour préliminaire  de la Coupe d’ Afrique des Nations (Can)  Afrique du Sud 2013 s’approche à grand pas. Du  côté des Béninois, la phase de préparation est encore  en  veilleuse ; on  se demande si  les  Ecureuils du Bénin ne se sont  pas engagés  dans une aventure ambigüe?

Le nouveau sélectionneur national  du Bénin, Manuel Amoros a rendu  publique, il y a quelques jours, la liste des dix sept ( 17)  joueurs  expatriés  devant préparer le match aller Ethiopie # Bénin du 29 février  prochain comptant pour le  1er tour préliminaire des éliminatoires  de la Coupe d’Afrique des Nations ( Can) Afrique du Sud 2013. Ces  dix  sept  (17) expatriés  pourront – ils à nouveau  faire rêver le peuple béninois ?  Même  si la plupart de ces joueurs ont réussi à qualifier  le Bénin respectivement   pour la phase finale  des Can de Tunisie 2004, du Ghana 2008 et d'Angola 2010, on se demande si  ceux-ci pourront satisfaire les supporters.  Depuis la dissolution  de  l’équipe nationale  et  du staff technique au lendemain de  la  Can Angola 2010, les  Ecureuils du Bénin  ont perdu  leur esprit de  combativité et leur rage de vaincre. L’esprit de l’union  sacrée qui a été  la force de  la sélection nationale n’y est plus. Chacun prêche pour sa  paroisse. Tout le monde n’a plus la même  vision de développement du football béninois.  Dans trois semaines, les Ecureuils du Bénin croiseront les crampons  avec l’Ethiopie. Jusqu’à ce jour, les  coéquipiers  du capitaine Stéphane Sessègnon n’ont  pas été encore mis au vert. A quand le démarrage des  séances d’entraînement ?  De  plus, depuis  que cet  entraîneur a quitté  le Bénin, il ne serait pas encore de retour sur le sol béninois. Veut-il  se mettre  au travail à une semaine de la confrontation? Quel  résultat  aimerait-on  avoir  sur ce plan si on continue de nager  dans  l’amateurisme et l’improvisation ? Depuis  que l’ ex-entraîneur des Ecureuils  du  Bénin , Michel Dussuyer  a été  renvoyé injustement par certaines personnes, la sélection nationale vole de défaite en défaite. Les éliminatoires de la Can Gabon / Guinée Equatoriale sont là pour en témoigner. Le Bilan de ces éliminatoires a été catastrophique. Les poulains d’Edmé Codjo ,en ce moment des faits , ont perdu quatre matches et gagné une rencontre à l’ extérieur face  au Rwanda. Ils  ont été  tenus sur leurs propres installations par le Burundi. Comme  on  le constate, les Béninois sont bien partis pour ne pas  décrocher  une qualification pour la  phase finale de  la Can 2013. Ne dira-t-on  pas que ce n’est  pas la nature  qui  est  en train de pêcher  contre  les Ecureuils?

Silence inquiétant des  supporters

Que veulent réellement les  supporters  des Ecureuils du Bénin ? Sont-ils en train d’attendre  des  places  pour  le voyage sur Addis-Abeba avant de  se réveiller ? Tout porte à le croire. Le  douzième  homme  attend  des occasions  gratuites  pour se mettre  en branle. Aucun  de ces  supporters ne pense  interpeller les  responsables  en  charge  de la  gestion des  équipes  nationales Ces supporters se sont mués dans un silence profond  pour ne se réveiller  qu’ à la  veille d’un  match  officiel de la sélection nationale. Le football  béninois a besoin aujourd’hui de nouveaux supporters à l’instar de  ceux  des Super Eagles du Nigéria et des  Eléphants de la Côte d’Ivoire.  Mais, les Béninois  ne sont  pas encore  prêts  pour révolutionner  ce maillon important de  l’équipe  nationale. La plupart ne pensent qu’à leurs propres intérêts. Combien de sponsors ont-ils démarché pour financer une  grande partie  de  leurs  activités ? Ils ne font que  tourner leur regard  et  tendre l’Etat. Alors, quand est-ce  que ce genre  de pratique   va cesser  dans le cuir rond béninois?