La Nouvelle Tribune

www.unamab.com: l’Union nationale des magistrats du Bénin a un site web

Espace membre

L’Union nationale des magistrats du Bénin (Unamab) s’ouvre au monde. Elle le fait à travers son site web, nouvellement mis en ligne, dont l’adresse est www.unamab.com. L’information a été divulguée dans la nuit de ce mardi 14 avril par le président de l’Union, Michel Adjaka. «L'Unamab a un site internet disponible à l'adresse www.unamab.com», a-t-il annoncé sur sa page Facebook un peu avant 23h de Cotonou.

  Le site présente un design assez simple avec en couverture un maillet, le logo de l’Union et de la justice et en fond d’image des livres de droit, on suppose. Il dispose de plusieurs menus. On a «accueil», «actualité», «qui sommes-nous ?», «Le bureau», «textes officiels», «calendrier», «communiqué» et «galerie». Après une petite visite du site, on se rend compte que tous les menus ne sont pas encore fournis en contenus. Seulement, la page d’accueil dispose de contenus avec les sous rubriques «actualités», «news» et «focus». Dans la sous rubrique «news» se trouvent des contenus sur l’histoire de la grève des magistrats, «la déclaration de presse du 02 avril 2012» et «l’affaire de Savalou». Dans «focus», il y a des documents sur «les vraies raisons de la surpopulation carcérale» et les «observations de l’Unamab sur le projet de révision de la Constitution».

Puissant outil de communication à cette ère du numérique, www.unamab.com permettra sans doute à Michel Adjaka et ses pairs de donner une plus large visibilité aux actions qu’ils mènent pour la sauvegarde des intérêts des magistrats et la préservation de l’Etat de droit au Bénin, à travers l’indépendance de la justice. Certainement, ce site web va faciliter davantage la communication entre l’Unamab et ses syndiqués, d’une part, et entre l’Union et l’opinion publique béninoise et internationale, d’autre part. C’est donc tout à l’actif du président Michel Adjaka et, par ricochet, toute l’équipe dirigeante de l’Unamab. Lui qui a été récemment plébiscité à la tête de l’Union pour un deuxième mandat de trois ans.   

Cliquez ici si les commentaires ne s'affichent pas