La Nouvelle Tribune

Sous la direction de Anicet Adanzounon : la Cie Agbé de Ouèdo déjoue ses détracteurs

Espace membre

A la faveur d’un déjeuner mercredi dernier au siège de Coco Théâtre à Abomey-Calavi, les membres de la Compagnie Agbé de Ouèdo sous la direction de Anicet Adanzounon ont de façon officielle réaffirmé l’union de leur groupe contrairement aux rumeurs faisant état d’une division entre eux et leur administrateur. 

Ils ont décidé de mettre fin à ce qu’ils qualifient d’instrumentalisation et de se réunir à jamais pour travailler à l’évolution de leur propriété commune qu’est la compagnie Agbé de Ouèdo. Ce sont Albert Agba, Daniel Dèdègbada, Assoè Dèdègbada, Laurent Adigninfoun et Léonard Ahon. Ils sont les éléments de la compagnie Agbé de Ouèdo sur laquelle plane à leurs dires le spectre de la division depuis peu. Mais à les en croire, ils sont désormais engagés à y mettre fin. C’est ce qu’ils ont prouvé de façon officielle ce mercredi 27 Août 2014 à travers un déjeuner d’ensemble dans l’après-midi de ce mercredi au siège de Coco Théâtre. C’est sous la direction de l’artiste Anicet Adanzounon qu’ils reconnaissent comme le responsable de leur compagnie. D’après l’administrateur, l’objectif de leur rencontre de ce mercredi est de montrer l’unité de la Compagnie Agbé de Ouèdo. Ceci, contrairement à certaines déclarations, qui informaient d’une division entre ses éléments et lui. Aussi, informent-ils, certaines personnes réclament la paternité de la compagnie. « Non » disent les membres. Preuve à l’appui, le journal officiel, ils persistent et signent que la Cie Agbé est leur propriété et personne ne pourra leur dénier le droit de membres fondateurs. Revenant encore sur la supposée brouille entre eux et leur administrateur, Albert Agba rassure : «Nous n’avons aucun problème avec Anicet Adanzounon. C’est grâce à lui que nous avons commencé les voyages. Il n’y a rien qui importe plus que les relations. Nous ne pouvons pas sacrifier cette relation de vieille date sur l’autel de l’argent.» Pour Daniel Dèdègbada, c’est qu’ils ont été victimes de leur illettrisme sur laquelle des gens ont joué. «Nous voulons mettre fin à toute manipulation destinée à briser cette relation.» déclare-t-il en langue fon. La compagnie Agbé de Ouèdo est une troupe artistique beaucoup plus spécialisée dans la valorisation et la promotion du rythme béninois ‘’Agbéhoun’’. Son objectif, c’est de «faire connaître la culture béninoise à travers la danse Agbé ; œuvrer pour la pérennisation de cette danse à travers les générations successives et offrir des opportunités de formation technique aux membres».