La Nouvelle Tribune

Démarrage des festivités du culte Oro : sous le signe de la réconciliation dans l’Ouémé-Plateau

Espace membre

 

Les activités comptant pour l’édition 2012 de la fête annuelle du culte Oro se déroulent depuis 72 heures déjà dans les départements de l’Ouémé et du Plateau. Pour cette année, le début annonce une célébration apaisée dans ces deux départements. C’est du moins, ce qui résulte des informations reçues à propos des discours des uns et des autres notamment des autorités en charge de la gestion de ce culte lors de la cérémonie officielle de lancement. C’était le dimanche dernier à la place Igbo-Oro Central de Sakété en présence des adeptes du culte Oro de Sakété, de Porto-Novo, de Pobè et environs. D’après les témoignages reçus, les festivités ont été lancées dans un climat d’unité retrouvée, et sous le signe de la réconciliation entre les natifs et ressortissants de ces localités.
Pour mémoire, la célébration annuelle de cette divinité a été longtemps marquée, notamment dans le Plateau, par des tensions sociales entre les adeptes de ladite divinité et les fidèles musulmans d’une part, et entre les fils et filles de différentes localités d’autre part. Quelques cas ont été rappelés dimanche dernier à l’ouverture des manifestations. 
Après avoir remercié certaines autorités politiques pour leurs efforts constants pour la paix et la concorde entre les fils de Sakété, le représentant de «Adjanan,  chef spirituel du culte Oro», Alphonse Omorès, est revenu sur quelques-uns de ces tristes événements. Entre autres, il a évoqué le cas de l’année 2004 où une autorité locale a demandé aux femmes de sortir en pleine fermeture. Au cours de la même année, plusieurs adeptes du culte Oro ont été charcutés avec emprisonnement d’Alaké Oro de Sakété. L’année 2011 a enregistré la matraque et l’arrestation de 57 fils de Sakété pendant plusieurs jours.
Quant à Alphonse Omorès “Baba Isalè’’ de Oro, il a appelé les fils de Sakété à travailler pour faire taire toutes ces violences qui ternissent l’image de la commune. Rappelons que dans le but d’éviter ces scènes malheureuses, les dignitaires musulmans et ceux du culte Oro avaient convenu d’un calendrier pour les carêmes musulmans et la sortie de la divinité Oro. Espérons que la bonne ambiance marquant ce début de célébration cultuelle cette année soit maintenue durant les 17 jours que durera la fête.