La Nouvelle Tribune

Conseillers et cadres aguerris pour une meilleure appréhension du budget de l’Etat

Espace membre

Le président Nicolas Adagbè a mis un terme, hier à la salle de conférence du Ces, à trois jours de formation sur le budget de l’Etat à l’intention des conseillers et cadres de l’institution.

Pour les conseillers et cadres du Conseil économique et social (Ces) du Bénin, il était question de s’approprier des techniques pour scruter les projets de Budget général de l’Etat (Bge). Et ceci dans ses méandres pour des avis toujours pertinents. Pour cela, ils ont consacré trois jours de formation qui a pris fin hier sur une note de satisfaction générale. Trois jours durant, les conseillers et cadres du Ces ont essayé de «cerner les contours du budget général de l’Etat, d’en appréhender les mécanismes de liaison, d’examiner les différents éléments constitutifs et surtout les possibilités d’une mise en œuvre de ses acquis pour une meilleure étude des prochains budgets d’Etat». Les participants à cette formation de trois jours ont eu droit à la présentation du rapport économique et financier du Bge, à l’analyse diagnostique des perspectives économiques du Bénin au regard du Bge. Ils ont aussi eu droit au cadrage macro-économique, aux repères d’analyses du Bge en suivant les axes stratégiques de la Stratégie de croissance pour la réduction de la pauvreté (Scrp). A cette formation, il y a eu des échanges sur les nouvelles mesures, les prévisions de recettes, les mesures fiscales, les dépenses de fonctionnement et les dépenses relatives aux Projets d’investissements Publics (Pip). Tout en relevant le travail de qualité du cabinet privée Cacofipul, le président Nicolas Adagbè a salué l’intérêt particulier que les participants ont accordé à cette formation.

Quelques participants se prononcent

Huguette Akplogan Dossa, responsable de la commission économie et finances

«Je voudrais d’abord saluer cette initiative du bureau du Ces. Souhaitée depuis le début de notre mandature malheureusement c’est en cette période qu’on l’a eue après avoir déjà traité trois budgets généraux de l’Etat mais c’est une expérience très intéressante. Parce que ça nous a permis de savoir lire le budget dans ses méandres, de savoir également faire des analyses comparatives des années antérieures par rapport aux années à venir. Ça nous a permis aussi de savoir comment nous devons avoir tous les documents annexés au budget avant de pouvoir faire de très bonnes analyses et de pouvoir faire des recommandations qui pourront permettre au gouvernement de corriger le budget avant de l’envoyer au parlement pour qu’il soit voté. je voudrais demander que cette formation se fasse en début de la mandature pour permettre aux conseillers d’être bien outillés et de pouvoir donner des conseils assez intéressants tenant compte des besoins vitaux sociaux des populations.»

 

Rigobert Kodonon, animateur principal et Directeur du Cabinet d’audit et de conseil en finances publiques et locales (Cacofipul)

«Pendant ces trois jours, nous avons abordé 13 communications qui pourront les aider à lire et à comprendre le budget général de l’Etat. Et pendant ces trois jours, nous avons remarqué leur enthousiasme à recevoir. Nous avons aussi constaté que c’était un rendez-vous du donner et du recevoir parce que parmi les conseillers, il y a des spécialistes qui ont répondus à certaines préoccupations des uns et des autres. Les conseillers sont désormais outillés pour lire et comprendre facilement le bge afin d’émettre des avis motivés au gouvernement. Mais comme on ne cesse jamais d’apprendre, le président a annoncé dans son discours de clôture que la cellule d’analyse qui se trouve au niveau de l’Assemblée nationale va leur fourni aussi des informations supplémentaires pour une bonne analyse du budget.»

 

Constant Migan 1er rapporteur de la commission économie et finances

«Les trois jours que nous venons de passer à travers la formation sur la lecture du budget de l’Etat ont été très enrichissants. Parce que les thèmes qui ont été choisis ont été des thèmes d’actualité. Nous avons eu beaucoup d’éléments enrichissants pour nous permettre, lors de la présentation du prochain budget général de l’Etat, de pouvoir vraiment sortir l’essentiel. Nous aurions souhaité que cette formation soit faite au début de la quatrième mandature mais c’est arrivé maintenant. Nous nous en contentons et pour les prochains budgets à venir, nous saurions comment mettre en pratique ce qu’on a appris pour davantage enrichir ce que nous aurions à faire concernant le prochain budget général d’Etat.»