La Nouvelle Tribune

Recharge des bouteilles «oryx» par la Sonacop : une décision salutaire mais très limitée

Espace membre

Suite à une rencontre entre le gouvernement et la société «Oryx»  pour juguler la crise du gaz domestique, les bouteilles émises par ladite société peuvent désormais être rechargées par la Sonacop. Décision, certes salutaire mais  très limitée.

Après un peu plus d’un mois de souffrance, les consommateurs du gaz domestique, peuvent pousser un ouf de soulagement. Désormais, ils peuvent recharger leur bouteille de gaz de couleur orange émise par la société «Oryx» à la société nationale de commercialisation des produits pétroliers (Sonacop). C’est une décision du gouvernement qui a été rendue publique mardi dernier par la Ministre de l’Industrie, du Commerce, des Petites et Moyennes Entreprises, Madina Séphou. Cette décision combien salvatrice va sans aucun doute apaiser un tant soit peu les peines des consommateurs du gaz domestique resté «introuvable pendant plusieurs semaines» et peut-être «compenser leur mécontentement». Elle contribuera au renflouement des caisses de l’Etat qui seraient «au rouge» selon des sources, à travers la croissance de la part du marché de consommation de la Sonacop qui n’est jusque-là qu’à 14%.

Mais la décision du gouvernement comporte des limites

Dans sa volonté de juguler la pénurie du gaz domestique qui secoue le pays depuis plusieurs semaines, le gouvernement a pris une décision certes salutaire. Mais l’analyse de cette décision laisse transparaître des points d’ombre et des limites bien perceptibles. Le nombre de points de recharge se révèle la première limite de cette décision. En effet, lors de la cérémonie d’officialisation de la décision, seuls trois points de recharge des bouteilles de gaz domestique émises par la société «Oryx» ont été désignes. Il s’agit des esplanades du Palais des congrès, des stades de l’Amitié et de René Pleven. Ce nombre de trois sites  est insuffisant quand on sait que  c’est pour l’approvisionnement des consommateurs de  «Oryx», la première société de distribution du gaz domestique et détentrice de la grande part du marché de consommation, précisément 86%. L’autre limite se trouve dans la méthode de recharge qu’est la consignation où les consommateurs sont invités à déposer leur bouteille un jour, et repasser un autre pour la récupérer. De cette décision également, découle une interrogation relative à la durée de l’accord entre le gouvernement et la société privée de distribution du gaz domestique. Ce sont là des insuffisances qui montrent que des choses restent encore à faire pour régler de façon définitive la pénurie du gaz domestique au Bénin. Et, comme le dit un adage «tant qu’il reste à faire, rien n’est fait», les autorités gouvernementales et le Directeur de la Sonacop doivent redoubler d’efforts donc.