La Nouvelle Tribune

La population de Comè invite la classe politique à la sérénité

Espace membre

La vague de réactions et de meetings de soutien suscitée par l’entretien du Chef de l’Etat du 1er Août dernier est loin de s’arrêter. Ce vendredi, les populations de Comè avec à leur tête le Dg Sonacop et le maire se sont mises dans la danse à travers un meeting de soutien au Chef de l’Etat.

«Réunies autour des idéaux du Docteur Boni Yayi», les populations de la commune de Comè n’ont pas voulu être du reste dans la flopée de réactions engendrées par l’entretien accordé le 1er août dernier par le président de la République. Ce vendredi, artisans, producteurs, enseignants, sages, autorités et cadres ressortissants de la commune de Comè se sont retrouvés à la maison du peuple pour s’enquérir de la situation sociopolitique qui prévaut dans le pays et réitérer leur «soutien non-négociable» au Chef de l’Etat. Pour Médard Tohouégnon, porte-parole de la Majorité présidentielle plurielle de Comè, les réformes engagées par le président Yayi ne souffrent de rien si ce n’est de la « «béninoiserie» et des intoxications des détracteurs du Chef de l’Etat». Et la situation économique délétère résulte de la crise mondiale. Le Directeur général de la Sonacop, Expédit Houessou, natif de la commune  a éclairé les siens sur certains dossiers brûlants de l’actualité nationale tels que le programme de vérification des importations dit de nouvelle génération (Pvi-ng) et le coton. Eclairés, les jeunes et les femmes bénéficiaires des micro-crédits, catalyseurs du changement de la commune, ont dans leur intervention tenu à remercier le Chef de l’Etat pour «ses nombreuses initiatives en l’endroit de la couche juvénile et des plus pauvres». Avant d’affirmer leur volonté à «ne pas vous marchander leur soutien». Dans la même lancée, le Maire, Bertin Tossou a  rassuré le président Yayi du soutien de l’union des fils et filles de Comè dans la mise en œuvre des nombreuses réformes entamées pour l’émergence du Bénin. Pour ces populations «aux côtés du Chef de l’Etat», Boni Yayi vainqueur de l’élection de 2011 par K.O, fruit de ses réformes engagées depuis son premier quinquennat, a fait preuve de bonne foi en voulant associer tout le monde. Et ainsi, rien ne doit entraver la mise en œuvre de ses réformes encore moins, son mandat constitutionnel de 5 ans.