La Nouvelle Tribune

Ccib : le mandat de l’équipe de Zocli a expiré samedi dernier

Espace membre

 

Ce samedi 18 août, le mandat de deux mois du Comité spécial transitoire de la Ccib, a expiré. Et ce, alors que les opérations électorales pour l’installation d’un bureau régulièrement élu n’ont pas encore été lancées par le gouvernement.

C’est le 18 juin 2012 que la ministre du commerce Madina Séphou a prorogé de 60 jours le mandat de ce Comité transitoire dirigé par Pierre d’Alcantara Zocli et qui dirige l’institution consulaire depuis le 15 décembre 2011. En effet, l’équipe de Zocli a été installée le 15 décembre 2011 à la suite du vide juridique constaté avec la fin du mandat du président Ataou Soufiano.  Une incohérence juridique dans les textes avait poussé la ministre de l’industrie et du commerce, Madina Séfou à suspendre le processus électoral qu’elle avait elle-même lancé. Comme solution, le gouvernement a installé pour un mandat de trois mois la Comité spécial transitoire. Sa mission est de réformer  l’institution consulaire à travers le toilettage de ses textes en vue d’en faire une chambre consulaire au service du développement du Bénin. Cette transition, avait-on dit, devrait déboucher sur l’élection d’un nouveau bureau.  Le 15 mars à la fin de l’échéance de trois mois, Zocli et son équipe n’avait pas pu accomplir la mission à eux assignée. Leur mandat a été prorogé de trois autres mois. Le 15 juin à la fin de cette autre prorogation, les élections  ne se sont pas tenues. Et pour cause, le gouvernement devrait avaliser les textes élaborés par le comité transitoire. Un énième mandat de deux mois a été accordé à compter donc du 18 juin au Cst/Ccib.

La balle dans le camp du gouvernement

Le Comité spécial  transitoire a déjà accompli la mission à lui confié.  En effet, depuis mars a élaboré et fait adopter par les opérateurs économiques les nouveaux statuts et règlement intérieur de la Ccib. « Il reste que le gouvernement l’adopte en Conseil des ministres et lance le processus électoral dans lequel la Cst ne fera que l’accompagner », avait renseigné en juin dernier de sources proches de l’organe de transition. Et donc depuis cinq mois la balle se trouve dans le camp du gouvernement. Qu’est-ce qui bloque alors l’adoption des textes par le gouvernement? Le mandat de Cst/Ccib sera-t-il encore prorogé?. Pendant  combien de temps va durer cette transition. A qui profite la prorogation sans cesse de la transition ? Autant de question que se posent les acteurs de la Chambre.  A suivre.