La Nouvelle Tribune

Grand-Popo : Inauguration de la pharmacie du centre de santé du village Hêvê

Espace membre

 

(Solidarité Reims-France fait œuvre utile) Devenue centre de santé en 2011 après une tournée du ministre de la santé le professeur Dorothée Kindé Gazar l’ex –unité villageoise de santé de Hêvê, un village de l’arrondissement de Grand-Popo bénéficie depuis le dimanche 12 dernier d’un bâtiment neuf devant abriter le service de la pharmacie.
D’un coût total de cinq millions de francs CFA, ce bâtiment qui comprend trois pièces est entièrement financé par l’Association Solidarité Reims-France. L’inauguration du joyau a été faite ce dimanche en présence des populations, des notables et sages du village, d’une délégation des étudiants de la Faculté de médecine de Reims, membres de l’Association Solidarité et sous l’autorité du chef de l’arrondissement de Grand-Popo, Achille Dossa. Le bâtiment est le fruit de la coopération  entre le village Hêvê et deux associations françaises : la corporation des étudiants en médecine de Reims et Planètes Développement –Reims dont Joseph Coffi Codjo, natif du village Hêvê est le président. C’est l’union de ces deux ONG qui a donné naissance à Solidarité Reims-France.
En effet, la coopération entre le village Hêvê et Solidarité Reims-France  date seulement de 2011 et déjà deux actes majeurs ont été posés pour soulager les populations. En 2011, c’est la maternité qui a été construite par Solidarité Reims-France à un montant d’environ cinq millions de FCFA. Cette année 2012, c’est le tour du bâtiment du service de la pharmacie. Une année de coopération et dix millions de Fcfa dépensés au profit des populations démunies. Il faut souligner que la délégation Solidarité 2011 a été représentée par Marion Ameyo Chaintre. Pour accompagner le comité de gestion au début de son fonctionnement, Solidarité Reims-France dont Joseph Coffi Codjo est le coordonnateur a doté la pharmacie de bandes pour les pensements, de gangs, de masques, de coton, de compress, de matériel de nettoyage, d’un vida, un lot de médicaments, de matériels  stériles, de matériels de  gynécologie pour les accouchements, des attelles pour immobiliser les fractures, de tensiomètre, de poches pour les perfusions et des seringues, des médicaments contre les douleurs, les antibiotiques, des médicaments pour les troubles digestifs,…. pour ne citer que ceux-là.
La particularité de cette coopération c’est que les donateurs ne viennent pas seulement remettre de l’argent pour la construction des bâtiments mais les délégations s’impliquent effectivement dans les travaux à travers le ramassage du sable, des briques et surtout la consultation, car tous les membres des délégations sont des étudiants en médecine.Dans ses mots de bienvenue, le chef du village, Diaz Comlan a exprimé toute sa joie, car selon lui, la pharmacie vient soulager les peines des populations qui sont obligées de se rendre à Comé ou à Hillacodji avant d’acheter les médicaments. Il a émis le vœux de voir construire  les semaines à venir une maternelle afin de permettre aux petits enfants qui ne peuvent pas traverser le fleuve d’aller à l’école.Le président du comité de gestion du centre de santé a en ce qui le concerne salué l’initiative compte tenu de l’importance d’une pharmacie dans le dispositif sanitaire.Le chef de la délégation de Solidarité Reims-France, Charles Villerabel, baptisé Codjo est revenu sur l’importance de la pharmacie et la complexité des médicaments. Pour lui, il faut utiliser les produits pharmaceutiques dans les normes.
En procédant à l’inauguration du bâtiment, le chef de l’arrondissement de Grand-Popo, Achille Dossa, a remercié la délégation Solidarité Reims-France, surtout son coordonnateur qui est soucieux du développement de son village natal. Il a invité le comité de gestion à une bonne gestion des fonds de la pharmacie.Il convient de souligner que l’unité villageoise de santé de Hêvê est fonctionnelle depuis le 23 Août 1997. Au départ, il y avait seulement le dispensaire qui donnait des soins curatifs. Le centre est dirigé par le même aide soignant en poste depuis 1997 avec un autre aide soignant.Aujourd’hui, il urge que le centre soit doté d’un infirmier qualifié et d’une sage-femme pour travailler avec les deux aides-soignants en place. Il faut également doter ce centre d’un panneau solaire et d’un logement pour le personnel, sans oublier une barque motorisée et une moto pour faciliter l’évacuation des malades qui viennent des villages environnants.