La Nouvelle Tribune

L’église catholique exige de montrer à toute la nation la Lépi dans son état actuel

Espace membre

 

En marge des autres groupes sociaux politiques ayant pris part à la séance de travail avec le groupe de travail parlementaire constitué à l’Assemblée nationale, les représentants de l’Eglise catholique :les Révérends Pères, Alphonse Quenum , Recteur émérite de l’Ucao, Julien Efoé Pénoukou, Aumônier des cadres catholiques, André Quenum, Directeur de publication de la Croix au Bénin le professeur Pierre Métinhoué et Me Marie Josée de Dravo Zinzindohoué, ont fait le déplacement du palais des gouverneurs à Porto-Novo afin d’apporter aux députés les propositions du clergé béninois à propos de la correction de la Lépi. Il faut dire que l’église catholique a eu la dent très dure contre les députés du groupe de travail. « Le premier défi de crédibilité à relever par tout groupe ou organe d’évaluation et de correction de la Lépi est de la montrer enfin à toute la Nation dans son état actuel. C’est une question de moralité publique, un impératif éthique» a déclaré le porte-parole du clergé. Il poursuit en affirmant qu’on devra procéder également à l’audit de la Lépi et surtout ne pas  craindre le temps ni le coût financier que cela prendra. Il a souhaité que le peuple béninois ne se laisse plus prendre encore une fois en otage par les contraintes des échéances électorales. «La correction de la Lépi est d’abord une obligation morale de la conscience citoyenne. Il faut veiller scrupuleusement à la débarrasser de tous vices, options et orientations, calculs et autres astuces malhonnêtes visant à tromper pour gagner dans la supercherie et l’imposture irresponsables» a enfin préciser le porte-parole du clergé. Il déclare enfin que «ce peuple s’est toujours trompé de gouvernants et ne cessent de souffrir de leurs errances. Bref, chacun voulait sa Lépi avec les vieux démons de mensonges et de tricheries. C’était tout simplement un marché de dupes ».