La Nouvelle Tribune

3è session des Ateliers ouest africains d’urbanisme de Porto-Novo : pour une meilleure protection et valorisation des zones de dépression

Espace membre

 

«Ecosystème et développement urbain : préservation, protection, aménagement et valorisation des zones de dépressions de la ville de Porto-Novo ». Tel est le thème principal de la 3è session des Ateliers ouest africains d’urbanisme de Porto-Novo qui se tient du 20 juillet au 11 août 2012 à Porto-Novo. Les travaux ont été officiellement ouverts hier à la Maison des jeunes de DjèganKkpèvi par le ministre de l’environnement Blaise Ahanhanzo-Glèlè et en présence du maire de Porto-Novo Océni Moukaram et des représentants des Ateliers de Cergy-Pontoise Claire Vige Heli et Frédérique Vincent. A en croire le maire de Porto-Novo, c’est après avoir pris connaissance des recommandations issues de la 1ère session africaine des Ateliers d’urbanisme, que le conseil municipal qu’il dirige a décidé de poursuivre dans la dynamique en créant le cycle des Ateliers de Porto-Novo.  Selon lui, ce sera une occasion pour les 24 participants venus d’une dizaine de pays du monde entier, notamment le Cameroun, le Mali, le Togo, la France, le Nigéria, l’Italie, la Suisse, l’Espagne et le Bénin, de débattre durant trois semaines pour un véritable développement équilibré de Porto-Novo. Après avoir remercié les partenaires, Océni Moukaram a souhaité que les participants repartent de Porto-Novo pleins de souvenirs inoubliables. Ouvrant les Ateliers, Blaise Ahanhanzo-Glèlè a d’entrée rappelé les objectifs des sessions des Ateliers précédents. « Le tissu urbain de Porto-Novo abrite 300 mille habitants environs avec une densité de 5300 habitants/km2. Le paysage urbain est indissociable de plusieurs dépressions qui font incursion sur le territoire urbain » a déclaré le ministre de l’environnement. Il précise qu’il s’agit essentiellement des dépressions de Zounvi, Donoukin et Boué. « Comment préserver, protéger, aménager et valoriser les différentes dépressions de la ville et en faire des zones écologiques intégrées et des zones agricoles, touristiques et de loisirs ? » s’est interrogé Blaise Ahanhanzo-Glèlè. Pour finir, il se dit persuadé que leurs réflexions et celles des sessions précédentes vont induire de véritables projets et sources d’inspiration pour la planification urbaine. Au cours de ces trois semaines, plusieurs sous-thèmes et des travaux en ateliers vont meubler ces assises et seront sanctionnés par une remise de prix aux meilleurs.