La Nouvelle Tribune

Braquage manqué à Agontinkon hier : un suspect tabassé et interpelé par les militaires

Espace membre

 

Tête ensanglantée,  tenue déchiquetée et immobilisé parterre sous la pluie fine de la mi-journée d’hier,  un  Jeune homme, la trentaine   environ,  s’est fait tabasser et interpeler hier  par les militaires commis à la garde de l’agence d’Agontinkon d’une banque multinationale. Aux dires de ceux-ci,  c’est un suspect qui s’apprêtait visiblement à faire un  braquage. En effet,  aux environs de midi hier, les habitants du quartier Agontinkon ont eu droit à une scène peu ordinaire digne des films hollywoodiens. Tout est parti de l’arrivée d’un fourgon d’une société de transferts de fonds pour une opération de routine. « En ce moment précis, le suspect s’est mis à rôder autour des  lieux pour appeler ses complices cachés dans le voisinage», a confié un Vigile en faction devant la banque. L’ayant repéré,  les  militaires  gardant la Banque l’ont aussitôt interpelé. Il confirma leur soupçon en prenant la fuite. Les militaires se mirent  alors à ses trousses. Mais, cette course n’a été que de courte durée car elle a échoué dans les bas-fonds dudit quartier. Selon des témoignages, le suspect était armé et avant son arrestation, il aurait  caché son arme dans les latrines de sa maison. En quelques minutes, la scène mobilisa une impressionnante foule qui débordait même sur l’axe ‘’ carrefour la vie’’ et l’ ’Etoile rouge’’. Appelés en renfort par leurs frères d’armes, un parterre de policiers se déverse aussitôt  sur les lieux et quadrilla la banque. Pour lui soutirer des informations, les  militaires ayant arrêté le suspect, le rouèrent de coups. A la suite de quoi, le  présumé braqueur commençait à saigner de la tête. Usagers de voie  la voie goudronnée passant devant le carrefour Agontinkon en direction de l’Etoile rouge, riverains  de la Banque et autres curieux s’attroupèrent alors autour de l’individu qui gémissait par terre,  pendant que les commentaires fusaient de toutes parts. « c’est bien fait pour lui ! » Quelques minutes plus tard, les sapeurs-pompiers furent appelés pour transférer l’intéressé à l’Hôpital. On est sans nouvelles du suspect et toutes nos tentatives pour joindre le commissariat central pour en savoir plus sont restées vaines.