La Nouvelle Tribune

Recrutement «fantaisiste» : le Syntracef opposé, durcit le ton et menace

Espace membre

Le syndicat des travailleurs de l’administration centrale des Finances était en  assemblée générale hier en prélude à celle fédérale qui aura lieu demain mercredi.

 La question à polémique de la participation  des syndicalistes à l’organisation du recrutement du samedi prochain était le seul point à l’ordre du jour.

Les travailleurs de l’administration centrale des finances réunis au sein de leur syndicat, le Syntracef, sont farouchement contre le recrutement d’agents «produits de fraude» dans leur ministère. Hier en assemblée générale dans la grande salle de conférence dudit ministère, ils l’ont de nouveau fait savoir l’air très menaçants. Pour eux, il est temps que la fraude lors des concours de recrutement dans la fonction publique cesse. Et pour cela, ils veulent être associés au processus de recrutement d’agents au profit du ministère de l’économie et des finances. La fraude loin d’être une rumeur, est devenue à en croire les syndiqués, le seul moyen pour les candidats qui désormais sont bornés tant le mal est indéniable. Mettant ainsi hors jeu les enfants de paysans qui n’ont ni argent, ni parents au sein de l’administration. Selon Barthélémy Avahounzo, 1er secrétaire général adjoint du Syntracef, à peine lancés les lauréats des concours sont déjà connus. Mais «nous allons lutter pour que la justice et l’égalité soit une réalité dans notre pays». S’adressant à la presse, le 1er Sga dénonce la sous-utilisation de certains agents du ministère. «Pourquoi recruter de nouveaux chauffeurs alors que depuis plus de deux ans, 52 chauffeurs du ministère n’ont plus touché à un volant ? », s’est interrogé le 1er Sga avant de menacer : «Si le gouvernement s’entête et organise le concours de recrutement sans nous, nous n’accepteront pas les lauréats déjà connus dans notre ministère». Précisons que demain, les agents du ministère des finances seront en Ag fédérale pour contrer toutes les manœuvres de fraude.