La Nouvelle Tribune

Polémique autour des fonds alloués aux confessions réligieuses : le Mcri se met les religieux à dos

Espace membre

 

Un débat contradictoire  a opposé hier sur l’émission ‘’Actu Matin’’ de Canal3-Bénin Abou Yêkini du cadre de concertation des confessions religieuses et Comlan Idjalawé du ministère chargé des relations avec les institutions à propos de la gestion des ressources allouées chaque année aux confessions religieuses.

A la suite de l’apôtre Mathias Kpanou et du ministre Safiatou Bassabi qui sont tous deux intervenus sur l’émission ‘’Actu Matin’’ les jeudi 12 et vendredi 13 juillet derniers, Abou Yêkini du cadre de concertation des confessions religieuses et Comlan Idjalawé, directeur de la promotion économique et sociale du ministère chargé des relations avec les institutions et de la société civile ont entrepris hier  un face à face très tendu sur la gestion des fonds alloués chaque année par l’Etat aux confessions religieuses, notamment ceux de l’année écoulée restés impayés à ce jour. Selon le représentant du ministre chargé des relations avec les institutions, il est hors de question de débloquer ces fonds tant que les textes régissant leur gestion continuent d’être foulés au pied par le comité de pilotage chargé de faire les répartitions. Ce qui confirme qu’il y a une nébuleuse autour de ce dossier c’est à son avis le refus du pasteur Michel Alokpo de mettre à la disposition du comité ministériel, la liste exhaustive du cadre des judéo-chrétiens et celle des bénéficiaires.
Cette affirmation selon Abou Yêkini est une contradiction notoire. Le représentant du cadre de concertation des confessions religieuses soutient en effet que les rapports ont été déposés en bonne et due forme tous les ans et de façon détaillée au niveau du ministère de tutelle. Pour justifier ses propos, il a brandi une correspondance adressée par le président du cadre de gestion des judéo-chrétiens au président du comité de pilotage du Mcri. Laquelle correspondance est relative aux rapports de 2008 à 2011. Sur le même document, il est mentionné ce qui suit: «les détails des pièces justificatives sont disponibles sur votre demande». Ainsi il déplore le fait que le ministre Bassabi veuille remettre en cause tout le travail abattu par ses prédécesseurs et faire cavalière seule. Ce comportement d’après lui viole l’arrêté ministériel et l’espace des confessions religieuses ainsi que les recommandations formulées  par les responsables religieux à l’issue d’une réunion qui s’est tenue le 08 Juin dernier entre ces derniers et le ministre de tutelle.