La Nouvelle Tribune

Pour un état civil au service du développement du Bénin : les acteurs en conclave pour trois jours

Espace membre

Depuis hier, sur l’initiative du Ministère de l’intérieur, de la sécurité publique et des cultes, les acteurs impliqués dans la dynamisation de l’état civil se réunissent dans la salle bleue du palais des congrès pour réfléchir à comment moderniser  ledit outil.

C’est en présence du Ministre de l’intérieur,  celle de la famille, celle  chargée des relations avec les institutions, celui des réformes administratives et institutionnelles, les  élus locaux, les partenaires techniques et financiers (ptf) et les organisations de la société civile que le ministre d’Etat, chargé des affaires présidentielles, Kogui N’douro, a procédé hier dans la salle bleue du palais des congrès, à l’ouverture officielle des activités entrant dans le cadre, du forum national sur la reforme de l’état civil au Bénin. Prenant la parole, tour à tour,  le directeur du cabinet du Mispc, président du comité de préparation intellectuelle et technique dudit forum ;  Anne Vincent,  représentant les ptf; le maire Moukaram Osséni, représentant l’Association nationale des communes du Bénin (Ancb) et le ministre chargé des affaires présidentielles, Kogui N’douro ont tous salué l’opportunité de ce forum avant de féliciter les organisateurs et exhorter les participants à prendre au sérieux les travaux du forum.  « Un enfant sans acte de naissance est un être inexistant. Ainsi, l’acte de naissance apparait comme un passeport pour la vie de l’enfant », a déclaré Anne Vincent, représentant des partenaires techniques et  financiers. Et au ministre Benoît A.  Degla d’ajouter que toute ambition politique réaliste ne peut pas négliger  les évènements de l’état civil car, une meilleure  connaissance de ceux-ci permet l’élaboration d’un bon plan de développement.  Quant au représentant de l’Ancb, il reconnait la lourde responsabilité des élus locaux dans la dynamisation de l’Etat Civil. Par conséquent, il a plaidé pour le transfert des ressources et des prérogatives pouvant permettre à l’administration territoriale de jouer pleinement son rôle dans ce sens. En effet, la tenue de ce forum, en gestation depuis huit ans,  est motivée par la baisse du taux de déclaration des naissances, la demande d’actes de décès, l’absence d’état sur les actes de mariage, de divorce… du coup, « les morts continuent de percevoir de salaires et d’allocations familiales ainsi que d’autres droits afférant à leur fonction précédente », a martelé le maire Moukaram Osséni. Cependant, à travers de différentes communications, élus locaux, statisticiens, sages femmes, gouvernants et partenaires techniques et  financiers harmoniseront leurs points de vue sur les causes des disfonctionnements de l’état civil au Bénin pour, au terme,  amener les populations à prendre l’habitude d’enregistrer leurs événements d’état civil afin de doter le Bénin d’un fichier central d’état civil fiable. Un outil très indispensable au développement du Bénin, aux dires des différents intervenants.  La cérémonie a été agrémentée par les prestations de l’ensemble culturel ‘’Ayidohuedo‘’ qui a rappelé à chaque acteur, son rôle dans le processus de la réalisation dudit fichier.  Il faut noter que le forum continue ce jour pour prendre fin demain jeudi.