La Nouvelle Tribune

Les travailleurs de Bénin Control appellent les députés au secours

Espace membre

Plusieurs mois après la suspension provisoire par le gouvernement des activités de la société Bénin Control, les travailleurs de cette société réunis au sein du Syndicat des travailleurs de la société Bénin Control (Syntra-Beco) ont organisé hier un sit-in devant l’Assemblée nationale pour se faire entendre par rapport à leur condition de vie.

 Après près d’une heure d’attente, c’est finalement le directeur de cabinet du président de l’Assemblée nationale Comlan Dadégnon qui a écouté leur motion en lieu et place du président de l’Assemblée nationale. C’est le secrétaire général du Syntra-Beco Victor Eklou qui a lu la motion de protestation. Selon ce dernier, 502 agents sont concernés par ce chômage. Après avoir rendu hommage à tous ceux qui leur apportent assistance, il a rappelé que malgré qu’ils ont fait le maximum, l’essentiel reste à faire puisqu’ils n’ont pas encore retrouvé leur emploi et leur employeur Bénin control confronté à des difficultés financières et économiques, vient de déclencher la procédure de mise à pieds économiques de tous les employés de ladite société. Il n’a pas manqué également de rappeler le sit-in organisé le jeudi 13 mai 2012 au ministère de l’économie et des finances qui s’est mal soldé puisque les travailleurs de Bénin Control ont été en son temps matraqués, molestés et dispersés à coup de gaz lacrymogène. De plus, toutes les démarches menées afin d’organiser une marche pacifique ont été vaines. Pour ce faire, le Sg du Syntra-Beco refuse cette situation de précarité et de soumission vers laquelle cette suspension provisoire les pousse et demande un règlement immédiat de cette crise qui a déjà trop duré parce que les pauvres travailleurs sont entrain de croupir sous les représailles d’une décision qui ne les engage en rien. Pour terminer, le Sg Victor Eklou appelle les députés au secours de même que le chef de l’Etat sous lequel le dossier Pvi-Ng a pris corps. Le directeur de cabinet du président Nago a déclaré que le président de l’Assemblée nationale n’est pas présent mais qu’à son retour il lui rendra compte fidèlement. A la suite de l’Assemblée nationale, les manifestants se sont rendus au siège du Médiateur pour le remercier pour les démarches déjà entreprises même si elles n’ont pas encore abouties. Ils ont été reçus là par son directeur de cabinet.