La Nouvelle Tribune

Les inquiétudes des importateurs face à Yayi

Espace membre

(Bientôt un forum économique national) Le président Boni Yayi a rencontré hier au Palais de la Présidence de la République les importateurs. 

Ils ont répondu favorablement à l’invitation du Chef de l’Etat. Et en ont profité pour se plaindre et témoigner leur inquiétude par rapport à la morosité économique ambiante au Bénin. 

Ils, ce sont les « importateurs de diverses marchandises, notamment ceux des denrées alimentaires, des produits congelés, des matériaux de construction et des textiles de tout genre. » Qui avaient été conviés par un communiqué diffusé à la télévision nationale, à une séance de travail hier mercredi avec le président de la République.  La rencontre a permis à Yayi d’échanger avec les importateurs sur les difficultés qu’ils connaissent. Une aubaine pour ces importateurs de parler directement de leurs problèmes avec le Chef  de l’Etat. « Nous avons la gorge serrée, nous ne trouvons plus notre compte. » (Source télévision nationale : Ortb), s’est plainte Karamatou Ibikunlé, renommée grande importatrice de riz. « Si vous ne venez pas à notre secours, le lot des importateurs et d’opérateurs économiques formels va disparaître pour devenir informel », a-t-elle averti. Le secteur pétrolier n’est pas du reste, apprend-on. Ici, l’informel a pris le pas sur le formel. Conséquence, les opérateurs nationaux comme étrangers du secteur pourraient mettre fin à leurs investissements.

Un forum économique comme solution

L’une des nouvelles annoncées aux participants à cette rencontre, c’est la tenue bientôt d’un forum économique nationale. Il devrait permettre de régler dans un dialogue les problèmes du secteur.  «Ce forum permettra aux importateurs de participer et de trouver des solutions aux problèmes économiques du pays », a expliqué la ministre du Commerce Madina Séphou. A ce forum prendront part les partenaires techniques et financiers. Pour le Chef de l’Etat qui reconnaît que « nous avons un problème de gouvernance à tous les niveaux », il faut une «croissance de qualité » qui crée la « prospérité pour tous». Redoutant un autre forum de trop, Jean Baptiste Satchivi, un opérateur économique réputé du monde de l’agro-alimentaire fait remarquer: « il faut que contrairement au passé, les recommandations du forum économique ne restent pas dans les tiroirs.».