La Nouvelle Tribune

Construction des infrastructures et des travaux publics au Bénin : la Chine fait main basse sur le secteur

Espace membre

 

Le secteur de la construction des infrastructures et des travaux publics est en train d’être accaparé par la Chine. Petit à petit, les entreprises chinoises ravissent la vedette à celles installées au Bénin. Hier, le Syndicat national des travailleurs de l’administration des transports et des travaux publics (Syntra-Ttp) a dénoncé les mauvaises pratiques et l’hégémonie pernicieuse de ces entreprises chinoises au Bénin.

La Chine est-elle le bienfaiteur tant proclamée qui fait des dons d’infrastructures au Bénin ? Si l’on s’en tient aux dernières déclarations du Syntra-ttp, le manège chinois est plus subtil et sous cette générosité  se cache bien des brins de mercantilisme et même d’impérialisme. Dans une « humeur du temps » récente, nous avons dénoncé ce que nous entendons être une colonisation chinoise qui se manifeste de façon insidieuse sans que personne ne semble s’en offusquer. On fustigeait le fait que la Chine ait fait main basse sur la filière du bois. Mais il y a pire. Dans le domaine sensible des travaux publics, les entreprises chinoises sont en traîn d’imposer leur hégémonie. Et ceci au mépris des textes du pays comme la violation de la Constitution et du code des marchés publics et des délégations des services publics au Bénin.  Hier face à la presse, les responsables du Syntra-Ttp ont dénoncé la violation des normes techniques en vigueur au Bénin, le refus des entreprises béninoises d’avoir accès aux chantiers. Et ce n’est pas tout, ils dénoncent la non utilisation de la main d’œuvre locale par les entreprises chinoises, l’absence de contrôle (qui encouragent les travaux de mauvaise qualité), la connivence poussée entre le bureau d’études et l’entreprise, la surévaluation des matériaux et fournitures pour servir à d’autres marchés. Selon les conférenciers, « le mode opératoire des entreprises chinoises est simple : elles se mettent à plusieurs sur le même appel d’offres avec des niveaux de prix différents. Rappelons que le Code des marchés publics et les Dao interdisent qu’une personne physique ou morale participe sous différentes formes à un même appel d’offres. Donc en principe, comme toutes ces entreprises appartiennent 100% à l’Etat chinois, elles ne devraient pas participer toutes à la fois au même appel d’offres. Mais tenez vous bien, elles le font allègrement  sans aucune réaction des autorités béninoises. Au lieu de les éliminer toutes comme le prévoient les textes, les gens se laissent attirer par leurs offres alléchantes alors qu’elles ont déjà eu par ailleurs l’occasion de nous gruger ». C’est ainsi qu’un appel d’offres lancé a été suspendu sur instructions du Chef de l’Etat et les marchés ont été attribués à des entreprises chinoises qui n’ont même pas acheté le Dao ». La colonisation chinoise est en donc marche. Qui pourra l’arrêter ?