La Nouvelle Tribune

Contraintes à l’investissement privé et à la croissance économique : l’Ucf en concertation avec les cadres de l’administration publique

Espace membre

 

Les consultations sectorielles initiées par l’Unité de coordination de la formulation (Ucf) du 2ème programme Mca-Bénin ont pris fin hier après plus de trois heures d’échanges entre les économistes chargés de l’analyse des contraintes à l’investissement privé et à la croissance économique et les membres de l’administration.

D’après les conclusions auxquelles sont parvenues les économistes béninois chargés de l’élaboration du 2ème programme Mca-Bénin, le déficit en énergie électrique, le déficit des infrastructures de transport (route/rail), la faiblesse du capital humain, l’inadéquation de l’environnement des affaires et le déficit des infrastructures des technologies de l’information et de la communication constituent les cinq contraintes majeures à l’investissement privé et à la croissance économique au Bénin. Cette théorie a été largement développée par les experts de l’Ucf qui, après une semaine de consultations régionales dans tous les départements du pays, ont entamé lundi dernier les consultations sectorielles en vue de confronter le fruit de leurs réflexions aux différentes contraintes identifiées par les populations. Au cours de cette dernière séance d’échanges qui s’est tenue ce mercredi dans les locaux de la direction générale des douanes et droits indirects, les cadres de l’administration publique ont suivi religieusement les conclusions du rapport présentées par Antonin Dossou, directeur de cabinet du premier ministre et chef de file de l’équipe des économistes béninois , avant de se prononcer. Ils sont tous restés unanimes à penser que l’énergie électrique et l’environnement des affaires sont les premières contraintes à lever pour rassurer les investisseurs. Des différentes interventions, le climat des affaires se résume entre autres aux problèmes de corruption, de la prédominance de l’informel, du manque de transparence dans la gestion des marchés publics et l’absence de confiance dans les relations interpersonnelles. Et leur résolution est nécessaire pour la redynamisation de l’économie. Selon Samuel Batcho, coordonateur national de l’Ucf, ces observations concordent avec les conclusions des économistes et celles qui n’y figurent pas seront intégrées dans le document final en fonction de leur pertinence pour l’élaboration du projet à soumettre à la partie américaine.

Encore du chemin à parcourir

L’initiative des présentes consultations fait suite à l’éligibilité du Bénin le 14 décembre 2011 avec onze points sur vingt, pour sa participation à la mise en œuvre du deuxième compact du programme Mca-Bénin. La démarche des économistes recrutés par le gouvernement béninois a consisté à identifier et à analyser les contraintes majeures à l’investissement privé et à la croissance économique au Bénin. Après trois mois de travaux, ils ont entrepris une tournée nationale dans tous les chefs lieux des 12 départements du pays pour échanger avec les partenaires et les bénéficiaires du programme Mca-Bénin. Et recueillir leurs observations sur les conclusions issues du rapport provisoire qui sera ensuite présenté aux partenaires Américains.