La Nouvelle Tribune

Le Rjp tient ses premières assises à Brazzaville

Espace membre

Le Réseau panafricain des journalistes (Rpj) a tenu ses premières assises le 22 février 2012 à Brazzaville au Congo. Des professionnels de l’information et de la communication en provenance d’environ une vingtaine de pays d’Afrique dont le Congo, le Cameroun, le Benin, la Guinée-Equatoriale, le Gabon, le Niger, le Mali, le Madagascar, le Rwanda, la Rdc, le Tchad et le Sénégal ont participé à cette conférence inter-africaine.

En plus de la présentation du rapport d’activités de l’année 2011, les travaux de ses premières assises du Réseau ont débattu également de la question du financement du Réseau, la finalisation de l’installation des instances nationales du Réseau au niveau des pays membres et tant d’autres points.
Rappelons que du 2 au 20 octobre 2011, le président, au nom du Bureau continental,  a conduit une mission de travail dans quatre pays de l’Afrique de l’Ouest dont le Benin. Au Benin, le président du Rpj, s’est entretenu avec les conseillers du ministère de la communication avant de donner une conférence de presse à la maison de la presse de Cotonou.
Créé en février 2011 à Brazzaville, la capitale Congolaise, le Rpj vise entre autres objectifs, à véhiculer de bonnes informations sur une Afrique de paix, de cohésion sociale entre les différents peuples, un continent où il fait bon vivre. A cet effet, le président continental du Rpj, le Congolais Adrien Wayi Lewy a indiqué que le Réseau entend chercher à obtenir un statut de consultant auprès de l’Union africaine et aussi celui d’observateur des élections sur le continent.
Placé sous le patronage du président de la République du Congo Denis Sassou-Nguesso, l’ouverture de cette rencontre a également enregistré la présence du président du Conseil supérieur de la liberté de communication (Cslc) du Congo  Jacques Banangandzala, du Représentant de l’Unesco au Congo Abdourahamane Diallo. Ce dernier a d’ailleurs réaffirmé l’engagement de son institution à accompagner davantage les médias africains dans leur combat pour une presse libre et citoyenne