La Nouvelle Tribune

Lutte contre l’insécurité maritime : les Etats-Unis au chevet de la Cemac et de la Cedeao

Espace membre

Le séminaire de la communauté économique et monétaire des Etats d’Afrique centrale (Cemac) et la Communauté économique et monétaire des Etats d’Afrique de l’ouest (Cedeao) sur la sûreté et la sécurité maritime se tient depuis hier à  Bénin Marina hôtel.

Sous le thème «Mécanisme conjoints pour la sécurité maritime en Afrique de l’ouest et en Afrique centrale», un séminaire est organisé au Bénin. Œuvre commune du Centre d’études stratégiques de l’Afrique (Acss), du Commandement des forces armées américaines basée en Afrique et du Gouvernement béninois, ce séminaire de deux jours a été lancé hier au Bénin Marina hôtel à Cotonou. Réunissant cent (100) experts de la Cemac et de la Cedeao la rencontre devra déboucher sur des accords conjoints sur la manière de gérer les menaces à la sécurité maritime dans la sous-région du Golf de Guinée. Ces experts devront finaliser un mémorandum de compréhension entre la Cemac et  la Cedeao et rédiger une annexe pour travailler de façon permanente contre les activités illicites dans leur espace maritime commun. Pour James Knight, ambassadeur des Etats-Unis près le Bénin, les intérêts du gouvernement des Etats-Unis d’Amérique et ceux des pays africains se rejoignent au plan maritime et il y va de l’intérêt des Etats-Unis d’Amérique que l’Afrique soit prospère». C’est pourquoi, les Usa soutiennent ce séminaire qui comprend une réunion des délégations en provenance des départements de la défense et de la sécurité de la Cemac et la Cedeao. Ces deux entités devront donc endosser les documents relatifs à la coopération en matière de sécurité maritime rédigés par les deux communautés et les représentants des Etats membres à Garmisch du 19 au 21 juillet 2011. Selon Kogui Ndouro, ministre béninois chargé de la défense, plusieurs raisons justifient la pertinence de ce séminaire qui prend fin ce jour. En premier lieu, les actes de piraterie ne connaissent pas de frontière. Ensuite, il y a les orientations de la communauté internationale sur la question (Résolution 2018 de 2011 et la résolution 2039 de février 2012). Et le Bénin adhère pleinement à cette approche régionale face à ce phénomène. Notons que ce séminaire permettra aussi d’asseoir les bases juridiques et opérationnelles de la coopération.