La Nouvelle Tribune

Face à l’ampleur de la grève des enseignants : les parents d’élèves sortent de leur silence

Espace membre

La crise qui secoue le monde de l’éducation prend une allure de plus en plus inquiétante. Devant cette situation, la fédération nationale des associations des parents d’élèves joue la carte de la diplomatie et demande aux deux protagonistes de renouer avec le dialogue afin de trouver une issue favorable à cette crise.

Contrairement au silence gardé par les hommes politiques de l’opposition et du clergé face à la crise qui paralyse le secteur éducatif, les parents d’élèves eux, rompent l’omerta. Dans un communiqué lu et rendu public hier à la télé, ils appellent les enseignants grévistes et le gouvernement à retourner à la table de négociation. ‘’Les parents sont à la limites à genoux et vous supplie de reprendre les cours’’. C’est par cette supplication faite surtout à l’endroit des enseignants que la fédération nationale des associations des parents d’élèves a appelé les enseignants au dialogue. Devant cette crise qui oppose les enseignants au gouvernement, la fédération nationale des associations des parents d’élèves par la voix de son président, est sortie de son aphasie. Dans le communiqué, Epiphane Azon président de cette fédération a invité les enseignants à mettre de l’eau dans leur vin. Il affirme que même si ces enseignants disposent du droit de la grève, ce n’est pas de cette manière qu’ils vont en user. ‘’Tout ce qui est permis n’est pas profitable’’ a-t-il déclaré pour inviter les enseignants à reprendre le chemin des classes. En ce qui concerne l’appel lancé au gouvernement, il l’invite a organisé une réunion avec les enseignants. Cette réunion sera aussi suivie par les parents d’élèves pour qu’une issue favorable et définitive soit trouvée à la crise qui secoue le monde éducatif enfin d’éviter un probable échec de cette réunion comme pour la dernière fois. Pour eux, ce sont d’abord les enfants qui sont les premières victimes de ce bras de fer et les parents viennent ensuite.