La Nouvelle Tribune

Urgences sanitaires: L’Oms briefe les journalistes sur la communication de risque

A lire

USA : un fils de Mohammed Ali victime du décret Trump?

Afrique du sud: les victimes d’hier, agresseurs d’aujourd’hui

se connecter
se connecter

Les journalistes de la plateforme média santé du Bénin, élargie à d’autres professionnels des médias, ont suivi jeudi dernier au siège du Bureau pays de l’Organisation mondial de la santé (Oms), une séance de briefing sur la «Communication en cas d’épidémies et la gestion des urgences».

Le Bureau de l’Organisation mondiale de la santé (Oms) au Bénin, aguerrit les journalistes béninois afin qu’ils jouent pleinement et efficacement leur rôle en situation d’urgence sanitaire. Il a organisé jeudi 9 février 2017, à son siège à Cotonou, à l’intention des professionnels des médias, une séance de briefing sur la communication de risque. A l’occasion, les échanges ont été introduits par un exposée sur le thème «Communication en cas d’épidémies et de gestion des urgences», présenté par le Dr André Lukusa, chargé des urgences sanitaires au niveau du bureau Bénin de l’Oms. Il a été appuyé dans la partie des échanges, par le Chef bureau par intérim, le Dr Raoul Saïzonou et le conseiller chargé de la promotion de la santé François Agossou.

Ces échanges ont permis aux journalistes de disposer d’éléments essentiels pour prévenir la population contre les épidémies. Egalement, ce fut une rencontre qui leur a permis de s’informer sur les fondamentaux d’une communication de risque, autrement dit, les bonnes pratiques pour faire face aux urgences sanitaires. Entre autres, commencer à communiquer sur les épidémies, sans créer de panique au sein de la population, mais en réussissant à maintenir ou rétablir la confiance et l’amener à comprendre et adopter les comportements sanitaires adéquats.

Dans les échanges, le chef bureau par intérim, le Dr Raoul Saïzonou, a surtout insisté sur les éléments essentiels sur lesquels le journaliste doit mettre l’accent, et les détails inutiles dont il doit épargner son lecteur, sous l’éclairage d’un expert du cas à traiter ou de toute autre professionnel de santé qualifié à cet effet