La Nouvelle Tribune

L’Union européenne soutient la réponse au cholera au Bénin

Espace membre

En réponse à l´épidémie de choléra qui sévit dans certains départements du Bénin, la Commission européenne a débloqué 57.311 EUR (37,5 millions de FCFA) en fonds humanitaires pour venir en aide aux populations les plus affectées et les plus à risque. L’assistance humanitaire contribuera à protéger 500 000 personnes, en particulier les habitants des communes les plus affectées par l’épidémie, qui a fait 9 morts et presque 300 cas jusque septembre.

Ce financement de l’UE vient soutenir la Croix-Rouge Béninoise dans ses efforts d’organisation de sensibilisation pour renforcer la prévention contre le choléra et modifier les comportements à risque. Une centaine de volontaires seront mobilisés dans le cadre de campagnes de sensibilisation et communication vers la population. Des visites porte- à- porte et la mobilisation communautaire dans les marchés, lieux de prière et autres espaces publiques feront partie de la stratégie de prévention. La réponse comprend aussi l’établissement des systèmes d’alerte précoce et le renforcement de la surveillance épidémiologique.

Ce financement s’inscrit dans le cadre de la contribution globale de l’UE au Fonds d’urgence pour les secours lors de catastrophes (DREF) de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR).

Le choléra est une maladie diarrhéique fortement infectieuse et très contagieuse, qui peut entraîner le décès du patient si elle n’est pas traitée. La bactérie du choléra, Vibrio cholerae, apparaît lorsqu’il n’y a pas d’eau potable propre en raison de mauvaises conditions d’hygiène ou suite aux inondations. Le choléra est apparu pour la première fois au Bénin en 1970. Depuis 1990, des épidémies importantes ont été enregistrées en 1991, 1996 et 2001❒

L’Union européenne, avec ses États membres, est le premier bailleur de fonds humanitaires au monde. L’aide d’urgence constitue une expression de la solidarité européenne avec les populations dans le besoin à travers le monde. Elle a pour objectif de sauver des vies, d’éviter et de soulager la souffrance humaine, et de préserver l’intégrité et la dignité humaine des personnes affectées par les catastrophes de cause naturelle ou humaine. La Commission européenne, par le biais de sa Direction générale de la protection civile et des opérations d’aide humanitaire européennes (ECHO), aide chaque année plus de 120 millions de victimes de conflits ou de catastrophes naturelles.

La Commission européenne a signé un contrat humanitaire d’une valeur de trois millions d’euros avec la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), en soutien au Fonds d’urgence pour les secours lors de catastrophes (DREF) de la fédération. Les fonds tirés du DREF sont principalement alloués à des catastrophes « à petite échelle », c’est-à-dire des catastrophes qui ne donnent pas lieu à un appel international formel.

Le Fond d’urgence pour les secours lors de catastrophes a été créé en 1985 et bénéficie des contributions de bailleurs de fonds. À chaque fois qu’une société nationale de la Croix-Rouge ou du Croissant-Rouge a besoin d’un soutien financier immédiat pour répondre à une catastrophe, elle peut demander des fonds du DREF. Pour les catastrophes à petite échelle, la FICR alloue des subventions tirées de ce fonds qui peut ensuite être réalimenté par les bailleurs de fonds. L’accord de contribution signé entre la FICR et ECHO permet à ce dernier de réalimenter le DREF pour des opérations convenues (en conformité avec son mandat humanitaire) et pour un montant total de trois millions d’euros.