La Nouvelle Tribune

«Le CES accompagne au quotidien les forces vives de la Nation au travail…»

Espace membre

Remis au goût du jour à la faveur de l’instauration du renouveau démocratique au Bénin, en Février 1990, le Conseil Economique et Social, souvent cité à travers ses activités, reste une Institution Constitutionnelle, une Assemblée Consultative apparue dans l’univers institutionnel des Etats Francophones d’Afrique au lendemain des indépendances. Pas toujours perçu comme une importante structure d’éveil, de garde, de dynamisme et de progrès, en matière de vie économique, sociale, culturelle et environnementale du Bénin, le Conseil Economique et Social est aujourd’hui à sa quatrième (4ème) mandature. Les Conseillers, et à leur tête, le Président de l’Institution, Monsieur Nicolas ADAGBE ont pris l’engagement depuis Juillet 2009 de promouvoir la bonne gouvernance, le dialogue social, la paix et de s’intéresser au quotidien des béninois.

Plus de deux ans après leur installation officielle, ils manifestent toujours de fortes ambitions pour le Conseil Economique et Social et le Bénin.

 

- Monsieur le Président, les béninois ne perçoivent pas toujours le rôle et la mission du CES. Est-ce que vous pouvez nous présenter l’origine et la création du Conseil Economique et Social?

Le Conseil Economique et Social (CES) est une Assemblée Consultative, apparue dans l’univers institutionnel des Etats francophones d’Afrique au lendemain des indépendances.

En République du Bénin (ex-Dahomey), le CES a été institué par la Constitution du 28 Février 1958 et a malheureusement connu une existence interrompue par le coup d’Etat du 10 Décembre 1969.

Réactivité à la faveur du processus démocratique dans lequel le Bénin s’est engagé en 1990, le CES est à nouveau fonctionnel depuis le 17 Mai 1994.

Le Conseil Economique et Social est aujourd’hui à sa quatrième (4ème) mandature depuis juillet 2009.

La première mandature va de 1994 à 1999 ; la deuxième mandature de 1999 à 2004, la troisième mandature de 2004 à 2009. La quatrième mandature en cours prend fin en 2014.

 

-Monsieur le Président, l’Assemblée Consultative qu’est le CES compose trente Conseillers élus ou représentés. Est-ce qu’on peut savoir les différentes catégories socio-professionnelles représentées?

Tout d’abord, je dois vous dire que le CES est une Institution de la République prévue par la Constitution du 11 Décembre 1990 qui consacre ses articles 139, 140, et 141 à ses prérogatives, son organisation, son fonctionnement par rapport à la Loi organique de l’Institution. Selon la Loi Organique N° 92-010 du 16 juillet 1992, le CES-Bénin compte aujourd’hui 30 membres ayant des compétences diverses liées au développement économique, social et culturel.

Parmi les 30 membres, trois (3) sont désignés par le Président de la République, deux par le Bureau de l’Assemblée Nationale et 25 sont élus au sein des organisations d’employeurs ; des centrales syndicales ; des associations d’artisans ; des fédérations sportives ; des professions libérales ; des organisations des activités sociales etc…etc…

Le Conseil Economique et Social élit en son sein en plénière son Président ; un vice-Président ; un Trésorier ; un Premier Secrétaire et un Deuxième Secrétaire, donc un Bureau de cinq (5) membres.

Le CES-Bénin compte trois (3) Commissions Permanentes :

 

- La Commission N°1 est chargée de l’Economie et des Finances. Cette Commission est actuellement dirigée par la Conseillère Madame Huguette AKPLOGAN DOSSA ;

- La Commission N°2 est chargée du Développement Rural et de l’Environnement. Cette Commission a pour Président le Conseiller Emmanuel TIANDO ;

- La Commission N°3 s’occupe des Affaires Sociales et de l’Education. Elle est dirigée par le Conseiller Dieudonné LOKOSSOU.

Les cinq membres du Bureau et les trois Présidents des Commissions Permanentes forment la Conférence des Présidents qui se réunissent régulièrement pour se pencher sur les questions liées au fonctionnement et au devenir de l’Institution, à ses plénières, à ses sessions ordinaires et extraordinaires.

 

- Monsieur le Président, comment votre Institution travaille t-elle-avec le Gouvernement et l’Assemblée Nationale ?

Le Conseil Economique et Social a des fondements constitutionnels qui lui permettent de donner son avis sur les projets de Loi, d’Ordonnance ou de décret ainsi que sur les proposions de Loi qui lui sont soumis. Le Président de la République peut consulter notre Institution sur tout problème à caractère économique, social, culturel, scientifique et technique. Le Conseil Economique et Social peut, de sa propre initiative, sous forme de recommandation, attirer l’attention de l’Assemblée Nationale et du Gouvernement sur les réformes d’ordre économique et social qui lui paraissent conformes ou contraires à l’intérêt général. Notre Institution peut également s’autosaisir de toutes questions d’intérêt national relatives à la vie économique, sociale, culturelle, scientifique, technique et environnementale du pays.

 

- Si vous permettez, Monsieur le Président, abordons le dossier touchant aux activités qui sont menées réellement depuis votre installation et le rôle d’Institution de la République qui lui est attribué?

Le Conseil Economique et Social se bat tous les jours pour soutenir toutes les forces vives de la Nation au travail. Il faut dire que tout en s’attelant à sa mission Constitutionnelle, la quatrième mandature que j’ai l’honneur de présider, tient à sortir des sentiers battus afin d’innover et pour se rendre plus visible. Cette ambition a pris pour ancrage la nouvelle vision du CES dont l’objectif se traduit en ces termes :

 

«Le CES-Bénin, en 2014, est une Institution de référence, bien dirigée, à expertise plurielle, pratique, opérationnelle et consensuelle, indiquant pour le Bénin la voie d’une économie compétitive, de rayonnement culturel synergique et assurant, dans la paix et l’unité nationale, la prospérité pour tous.»

Après plus de deux années de mise en œuvre de cette vision, notre Institution veut marquer une pause pour jeter un regard rétrospectif sur ce qui a été réalisé et mener une réflexion prospective sur le reste de la mandature.

En effet, la quatrième mandature du Conseil Economique et Social a tenu, conformément aux dispositions constitutionnelles, quatre (4) sessions ordinaires et dix-neuf (19) sessions extraordinaires. Ces sessions ont été meublées par des activités diverses autour de quatre (4) centre d’intérêt :

¤ Etude de sujets de saisine ;

¤ Etude de sujets d’auto-saisine ;

¤ Coopérations, partenariats et communications ;

¤ Intervention dans le domaine social.

En ce qui concerne les sujets de saisines, quatre avis ont été émis et transmis au Président de la République. Il s’agit de :

- L’examen du projet général de l’Etat exercice 2010 ;

- L’étude sur la Note d’Orientations Economiques du Budget de l’Etat, Gestion 2011 ;

- L’examen du projet de Budget Général de l’Etat, exercice 2011 ;

- L’étude sur la Note d’Orientations Economiques du Budget de l’Etat, Gestion 2012 et du Budget Economique 2012.

 

-Monsieur le Président, il s’agit des questions d’ordre général. Peut-on savoir les préoccupations qui font l’objet d’auto-saisine du CES?

Pour les sujets d’auto-saisine, il faut noter que douze (12) recommandations ont été transmises au Président de la République et au Bureau de l’Assemblée Nationale. Il s’agit des sujets ci-après :

- La question des privations au Bénin : enjeux et perspectives ;

- La contribution du CES à la décrispation sociale nationale ;

- L’artisan béninois : vie, problématique et perspectives ;

- La problématique de l’industrialisation de l’économie béninoise ;

- Le trafic et la consommation illicites de la drogue au Bénin : impacts socio-économiques et sanitaires ;

- La problématique de la sécurité routière dans les agglomérations au Bénin : cas des gros porteurs et autres véhicules de transport ;

- La problématique des évacuations sanitaires hors de la République du Bénin ;

- La contribution du secteur du tourisme à l’économie béninoise ;

- La problématique de l’alimentation des béninois ;

- Le secteur informel au Bénin : problématique et perspectives de contribution à l’économie nationale

- La problématique du lotissement au Bénin ;

- Le phénomène des structures illégales de placement d’argent au Bénin : impact sur la vie socio-économique.

Voilà autant de sujets de saisine et d’auto- saisine qui ont occupé les conseillers durant ces deux dernières années.

 

- Nous avons remarqué que vous êtes intervenu pour faciliter le règlement de certains conflits sociaux. Qu’en dites-vous?

Justement Monsieur le Journaliste, en dehors de l’étude de ces différents sujets, le Conseil Economique et Social a eu à jouer le rôle de facilitateur pour instaurer le dialogue entre les protagonistes de la crise sociale qui secoué le monde des travailleurs de l’administration publique et du secteur de l’éducation en juillet et Septembre 2010. Il s’agit notamment des confédérations, des centrales syndicales et du Gouvernement. Cette action de notre Institution a permis de ramener les deux parties à la table de négociation.

Le Conseil Economique et Social qui reste l’Assemblée des forces vives de la Nation au travail est une instance de dialogue social. Les Conseillers œuvrent sans relâche aux côtés des populations pour un mieux-être de chaque béninois et de chaque béninois. L’Institution s’est toujours préoccupée de la paix sociale. C’est ainsi que des délégations du Conseil Economique et Social conduites dès fois par moi-même sont allés soutenir en Novembre 2010 les populations de Lalo, Bonou, Cotonou, Cobly et de Tchaourou qui ont subi les affres des inondations, inondations qui ont ravagé leur cultures, leurs bétails et ont provoqué des milliers de sans abris. Nous avons apporté une assistance financière à ces victimes.

Il faut rappeler que le CES-Bénin reste un laboratoire d’idées et de réflexions sur le développement économique, culturel, scientifique et technique de notre pays. C’est ainsi qu’en Juillet 2010, l’Institution a organisé un important colloque sur « le cinquantenaire de l’indépendance et la problématique de la prospérité au Bénin ». Une rencontre qui a permis aux nombreux acteurs invités de faire le bilan des cinquante ans d’indépendance et surtout de prendre des décisions pour le développement futur du Bénin dans tous les domaines d’activités sociales. Je dois dire que dans le même sillage, le CES-Bénin a organisé de concert avec l’OIT (Organisation Internationale du Travail) en Octobre 2010 à Cotonou, le séminaire sur « Les CES en tant qu’acteurs et promoteurs du Pacte Mondial pour l’Emploi ». Ce forum a été sanctionné par ce que nous appelons ‘’la Déclaration de Cotonou’’ qui a mis l’accent sur la nécessité de réduire le chômage des jeunes dans nos pays, à travers le travail décent.

 

-Monsieur le Président, votre Institution a pris une part active, au cours des dernières élections dans notre pays, à la campagne de sensibilisation pour des scrutins apaisés. Qu’est-ce qui justifie une telle initiative?

Notre pays le Bénin est un havre de paix et toutes les forces politiques engagées dans des campagnes électorales doivent nécessairement rechercher la paix, la tolérance et la courtoisie. C’est dans cette optique que le Conseil Economique et Social a organisé en janvier-Février 2011, de concert avec le Haut Commissariat à la Gouvernance Concertée une importante campagne de sensibilisation et de mobilisation des populations pour des élections présidentielle et législatives apaisées au Bénin. Des messages de sensibilisation sur la paix et sur des élections pacifiques ont été réalisés et diffusées en français et dans les principales langues nationales. Ceci pour amener les citoyens béninois à adopter de bons comportements. Une campagne qui eu beaucoup d’impacts positif sur le déroulement des scrutins.

 

-Monsieur le Président, quels sont les rapports de coopération que le CES-Bénin entretient avec ses homologues en Afrique et dans le monde?

Notre institution prend une part active à toutes les réunions des Présidents d’Institutions de la République, rencontre qui nous permet d’échanger sur les difficultés qui handicapent le bon fonctionnement de nos Institutions respectives ;

Au niveau continental, le CES-Bénin est membre de l’Union des Conseils Economiques et Sociaux d’Afrique (UCESA) et participe activement aux réunions statutaires de cet organisme.

Au plan international, notre Institution est membre du Conseil d’Administration de l’Association Internationale des Conseil Economiques et Sociaux et Institutions Similaires (AICESIS). Nous sommes également membre de l’Union des Conseils Economiques et Institutions Similaire des Etats et Gouvernement, membres de la Francophonie (UCESIF). Mieux, compte tenu du dynamisme du CES-Bénin, nos Pairs nous ont porté à la tête de l’UCESIF en juillet 2011 à Rome pour un mandat de deux (2) ans.

Le Conseil Economique et Social du Bénin est très appréciée par ses apports et contributions au sein des instances internationales. Ce qui lui a permis de signer plusieurs accords de coopération qui s’inscrivent dans la logique du renforcement des capacités et de la diversification des partenariats. C’est ainsi que nous avons signé plusieurs documents avec notamment :

¤ L’accord cadre de coopération entre le CES-Bénin et le Conseil Economique, Social et environnemental Régional de Rhône-Alpes en France ;

¤ Le mémorandum de coopération entre le CES-Bénin et la Chambre Civique de la Fédération de Russie ;

¤ L’accord de coopération entre le CES-Bénin et le CNEL d’Italie ;

¤ L’accord de coopération entre le CES-Bénin et le CES de la Chine ;

¤ L’accord cadre de coopération entre le CES-Bénin et le Conseil Economique, Social et Environnemental des Pays-de-la-Loire à Nantes et bien d’autres en cours de concrétisation.

 

-Au terme de cet entretien, Monsieur le Président, quels messages adressez- vous aux béninois et à vos partenaires?

Je voudrais vous remercier pour l’intérêt que vous portez à notre Institution qui se bat tous les jours aux côtés des béninois. Je voudrais aussi remercier les béninoises et les béninois qui nous font confiance et je leur dire que le Conseil Economique et Social est leur Institution. Mes remerciements de façon particulière vont à l’endroit du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et sa Représentante Résidente Madame Thomas Nardos BEKELE et les autres partenaires qui nous soutiennent dans nos différentes activités.

Les Conseillers de la quatrième mandature du CES –Bénin continueront de mettre un point d’honneur sur la bonne gouvernance, le dialogue social et la promotion de la paix…

 

Propos recueillis par Eloïse HOUINATO ET Constant AGBINOUKOUN (journalistes).