La Nouvelle Tribune

Interview a Dossou Simeon : «Il y a eu amalgame et tripatouillage»

Espace membre

Vous étiez candidat contre Dieudonné Lokossou. Le Congrès s’est terminé, et il y a, semble-t-il des problèmes. Quels sont-ils?
Le congrès s’est déroulé sur fond de tripatouillage des textes parce qu’au lendemain du congrès de 2006 où j’ai été déjà candidat contre Lokossou où j’avais perdu, on a apporté des modifications majeures à la structuration même de la Csa-Bénin. Au lendemain de ce congrès, les statuts ont été envoyés à tout le monde y compris le communiqué final. Au niveau de l’article 55 de nos Statuts que je prends au hasard comme exemple qui intéresse l’organe consultatif que constitue le président de la Csa-Bénin, il est dit que le Président de la Csa-Bénin est élu dans les mêmes conditions que le secrétaire général de la Csa-Bénin pour un mandat de 4 ans, il préside les travaux du congrès et les assises du conseil confédéral.

Eux, ils ont dit que c’est un projet de Statuts qui n’a pas été adopté tel quel et que le poste de président de la Csa est un poste honorifique et qu’en tant que tel, il présidait effectivement le conseil confédéral. Mais eux qui ont écrit, au lieu de «doit présider le congrès, peut présider le congrès». Est-ce que vous avez vu ce statut? Ils ont ajouté pour appuyer leur démarche que n’étant pas en activité, il ne saurait être celui qui présiderait les assises du congrès.

D’abord, le texte tripatouillé a enlevé la présidence du congrès. Il faut reconnaitre qu’avant la tenue du congrès, l’objectif majeur, c’était de faire démissionner le président de la Csa-Bénin parce que lorsqu’on a fait le dernier conseil confédéral, ça a été un congrès houleux où leur objectif était çà. Ce qui n’a pas eu lieu. Et un des membres du Bureau en la personne d’Ataigba a écrit un genre de papier de réflexion qu’il a envoyé à tout le monde et dans lequel il disait même qu’à 15 jours du congrès, il est impératif qu’un conseil syndical se tienne avant ce congrès pour discuter de la question du président par rapport au poste qu’il occupe aujourd’hui à savoir qu’il est conseiller politique. Si tant est vrai qu’il ne pouvait présider que le congrès confédéral, le dernier conseil confédéral qu’il a présidé devrait être la fin, donc il n’y avait pas de raison pour qu’on s’acharne sur lui pour le faire démissionner. Puisqu’il n’y avait pas de raisons.

 

Nous avons regardé les statuts. Ils disent que lorsque vous prenez un poste politique comme celui de conseiller, la chose est incompatible.

C’est là où je dis que les gars font de l’amalgame. Les Statuts de la Csa-Bénin disent que lorsque vous occupez un poste d’exécution, et comme poste d’exécution on a admis: bureau exécutif national et dans le règlement intérieur de la Csa-Bénin on n’a pas pu conformer avec les Statuts parce qu’il devrait le faire après 2006. Il n’a pas pu le faire, donc c’est le règlement intérieur de 2001. Il est dit que lorsque vous occupez un poste de direction qui est le bureau exécutif national, lorsque vous êtres nommé à un poste politique, vous devez démissionner. Par contre, le poste que Attigbé occupait était un organe consultatif.

 

Vous aviez soulevé la question préjudicielle au congrès de la dernière fois et vous avez été battu…

Depuis 1992 que je suis à la Csa-Bénin, c’est la première que je vois un congrès où le débat démocratique a déserté le forum. Lorsque vous émettez un point de vue, on se met à crier.

 

Vous êtres allé au vote. Quel est le problème que pose l’élection du secrétaire général?

Les propriétaires de la Csa-Bénin, ce sont les syndicats affilés. Ce sont eux qui peuvent décider de l’avenir de la Csa-Bénin. Au niveau de ce dernier congrès, les gens ont décidé de faire voter les organes décentralisés et les organes spécialisés de la Csa-Bénin. Au niveau des textes, ceux là sont considérés comme des observateurs. C’est la première chose qu’on a soulevée. Les propriétaires et les organes décentralisés et spécialisés ne peuvent pas avoir les mêmes droits. Lorsque le débat a été mené, on a dit qu’il faut que ceux-là votent. La conséquence c’est que premièrement, les syndicats affilés se retrouvent dépouillés d’une partie de leur prérogative en matière de vote puisqu’ils sont obligés de le partager avec les autres. Deuxièmement, lorsqu’il y a un syndicat qui a des membres élus au niveau départemental, des comités de femmes ou au niveau des fédérations se retrouvent au congrès avec, par exemple, près de huit voix alors qu’un syndicat normalement qui doit venir se retrouve avec trois voix.

 

Mais vous avez accepté d’aller au vote, vous avez donc vous-même légitimé ces conditions de vote? L’autre démarche aurait été de bouder le congrès et de venir l’expliquer maintenant. Mais vous êtres allés jusqu’au vote.

Ces élections se sont déroulées dans des conditions inimaginables où les pressions de la salle venaient de partout. Le mouvement syndical est un mouvement démocratique. Si tant est qu’on a le pouvoir de partir ou d’y rester, on peut laisser passer les choses et après décider de ce qu’on peut faire.

 

Quelle liberté vous donne les statuts en ce moment où vous contestez l’élection? Vous l’avez aussi embrassé, votre adversaire malheureusement…

C’est un symbole de paix. Parce que ça aurait pu dégénérer en bagarre mais je ne l’ai pas voulu.

 

Est-ce vous décidez de mettre la balle à terre et de permettre au nouveau bureau d’exercer ses activités?

De toutes les façons, le mouvement syndicat est un mouvement libre, on y adhère librement comme on peut aussi partir librement. Ce je ne dis pas que c’est ce que je vais faire mais cela me donne la latitude de décider de ce que je peux après.

 

Il y aura-t-il un recours?

Les textes nous donnent le droit de pouvoir utiliser toutes les voies de recours possibles devant n’importe quelle institution. C’est des questions de choix. Je n’ai pas encore réfléchi à cela.

 

Que répondez-vous à ceux qui disent que c’est le pouvoir qui vous supporte et qui vous a donné de gros moyens. Cette agitation actuelle ne vise-t-elle pas à justifier les moyens?

J’ai décidé librement d’aller au vote. En quoi le gouvernement peut-il me supporter? Une chose est certaine, sans employeurs, il n’y a pas d’emploi; sans emploi, il n’y a pas de travailleurs et sans travailleurs, il n’y a pas de syndicat. Je ne considère pas l’employeur comme un ennemi et l’employeur ne doit pas considérer le syndicaliste comme son ennemi n’on plus. On est des partenaires, on doit pouvoir composer. Que l’on considère qu’on est en combat, en lutte contre un employeur, moi je ne suis pas dans ce schéma.

 

Votre position tombe enfin. Là, vous semblez jouer le jeu du pouvoir.

Pas du tout. La question est de savoir aujourd’hui le type de syndicalisme que nous faisons. Est-ce à dire que le meilleur syndicaliste est celui qui est en train de battre les pavés tous es jours, ou c’est celui qui ne fait absolument rien? Non, on doit pourvoir défendre l’intérêt des travailleurs. Et lorsqu’on dit défendre les intérêts des travailleurs, on entend par tous les moyens.

Réalisation: Vincent Foly & Emmanuel S. Tachin