La Nouvelle Tribune

Angèle Gbénou/A propos de l’inactivité de la Fédération béninoise de natation : «Nous voulons qu’on nous organise régulièrement des compétitions»

Espace membre

Même si elle connaît actuellement une baisse de forme, Angèle Gbénou championne en 50 m crawl et deuxième en 50 m brasse dames au cours du 10ème championnat national de natation, garde toujours espoir. En marge de ce championnat, elle est revenue, dans un entretien à nous accordé, sur son vécu et ses attentes. La Nouvelle Tribune : Quelles sont vos impressions après avoir gagné une médaille d’Or aux 50 m brasse ?

Angèle Gbénou : Je ne suis pas, du tout, contente parce que je n’ai pas amélioré mes performances. Je ne m’entraîne plus.

 

Pourquoi vous ne vous entrainez plus?

Je pourrai dire, le découragement. Lorsqu’on voyage en Europe ou bien pour un championnat du monde ou un championnat d’Afrique ce qui se passe là -bas est très difficile pour le nageur ou la nageuse qui n’a pas un haut niveau.

 

Qu’est-ce qui se passe là-bas?

On voit beaucoup de choses telles que les performances des nageurs, la façon dont ils sont équipés et puis les entraîneurs. On a besoin d’un bon entraîneur national, c’est ce qui nous manque ici au Bénin. Et s’entraîner régulièrement si vraiment on veut donner quelque chose au championnat du monde ou aux Jeux olympiques.

 

Vous manquez d’équipement?

On manque cruellement de matériels.

 

Mais qui devait vous en doter?

Je pourrais dire le gouvernement et la Fédération béninoise de natation.

 

Est-ce qu’ils le font?

je pourrais dire qu’ils le font mais ce n’est pas encore ça. Ce qu’ils font est très insuffisant pour espérer avoir de bonnes performances. Or c’est cela qui encourage.

 

Etes-vous souvent en compétition sur le plan national?

Pas du tout. Ce n’est pas être première qui importe pour moi mais c’est le chrono qui m’intéresse. C’est seulement le championnat national qui nous permet de faire la compétition. Après le championnat, on ne voit plus rien sur le terrain. Alors, nous voulons qu’on nous organise régulièrement des compétitions au moins une fois par mois ou tous les deux mois.

Quelles sont les compétitions internationales auxquelles vous avez participé?

j’ai pris part ,en 2009,au championnat du monde en Italie, au championnat d’Afrique en 2010 et au championnat du monde à Shanghai en Chine en 2011.

 

Quelles sont vos performances à ces niveaux?

En Italie, j’ai vraiment amélioré mes performances. Car je me suis beaucoup entrainée. Au Maroc, c’était le même cas. Mais en Chine pas du tout j’étais trop grosse.

 

Qu’est-ce que vous recherchez pour améliorer vos performances?

Il faut qu’on ait accès à la piscine olympique parce qu’aujourd’hui, les nageurs sont obligés de payer des tickets avant d’y accéder. Ce qui n’est pas normal. La Fédération et le ministère de la jeunesse des sports et des loisirs doivent jouer un grand rôle pour qu’on ne débourse rien avant d’avoir accès à cette piscine. J’aimerais aussi avoir un très bon entraineur.

 

Est-ce que vous êtes bien traités financièrement?

Pas grand chose. Sinon normalement on devrait payer un salaire à tous les nageurs de l’équipe nationale. Pour le déplacement et l’accès à la piscine, on ne demande pas grand chose.

Propos recueillis par Arthur Sélo