La Nouvelle Tribune

Jeûne musulman : le doyen des Imams du Bénin en parle...

Espace membre

Malgré son âge avancé, le doyen de tous les Imams du Bénin ne  reste pas indifférent aux comportements  des jeunes musulmans pendant la période du carême. Il évoque également  plusieurs autres questions liées au monde musulman du Bénin.

En tant que doyen des Imams du Bénin, comment voyez-vous la manière dont  se déroule le carême musulman de cette année qui tire déjà vers sa fin?

Nous nous préparons  activement pour la célébration du Ramadan. Ces derniers jours sont d’ailleurs des jours sacrés au cours desquels, les prières s’intensifient, notamment les nuits. Comme vous le savez, le choix du jour de Ramadan, n’est jamais fait à l’avance. C’est aucours des derniers jours qu’on le décide au terme des diverses méditations et prières.

 

Vu votre ancienneté dans la pratique de la religion et votre grande expérience d’Imam, quels conseils pourrez-vous donner aux jeunes en ces derniers jours sensibles?

Je demande aux jeunes de mieux se comporter en ces moments, comme ils le font depuis le début du jeûne.  Qu’ils s’adonnent encore plus aux actes de solidarité et aussi de savoir garder leur bouche, en famille, en ville, comme au service. Et ils constateront que Dieu va les congratuler davantage.

 

Pour une fois encore, le gouvernement vient d’offrir d’importants dons aux musulmans du Bénin pour les soutenir  en ces temps de carême. Qu’en dites-vous?

Nous remercions le gouvernement pour son soutien, mais la question est de savoir si ces dons vont effectivement vers tous les bénéficiaires. Les responsables des mosquées doivent pouvoir jouer ici à la transparence en distribuant équitablement ces dons, et surtout privilégié ceux qui n’ont aucune capacité pour bien célébrer le Ramadan.

 

Quelle appréciation faites-vous de la manière dont s’organise désormais le hadj, surtout avec l’implication du gouvernement?

Le gouvernement de son côté, fait son  travail, mais c’est ceux qui ont la charge de l’organisation du hadj qui ne font pas un travail sérieux et transparent. Il faut qu’on fasse voyager ceux qui le méritent réellement, à savoir les vrais musulmans. En tout cas, celui ne fait pas bien  le travail de Dieu n’aura pas sa bénédiction.q

Propos recueillis par Christian Tchanou