La Nouvelle Tribune

« Les citoyens de l’Union ont le droit de s’établir dans tous les Etats membres » Pr A. Tévoédjrè

Espace membre

Les 07et  08 octobre prochains, l’association des médiateurs de l’espace Uemoa se rencontre à Porto-Novo. En prélude à ces assises, le Médiateur de la République Albert Tévoèdjrè a confié les tenants et les aboutissants d’une telle rencontre à votre Journal.

Monsieur le Médiateur de la République, Porto-Novo abrite les 07 et 08 Octobre 2010 les travaux de la deuxième Assemblée Générale de l’Association des Médiateurs de l’espace UEMOA. Peut-on savoir les points qui sont inscrits à l’ordre du jour des assises de HOGBONOU ?

Nos nations africaines, comme toutes les autres, se trouvent traversées par des inquiétudes qui exigent qu’interviennent pour les apaiser, des structures d’écoute, de conseil et de rapprochement. Souvent, ces inquiétudes mettent en cause les Administration publiques. C’est le rôle des Médiateurs de contribuer aux solutions susceptibles d’apaiser les tensions et de dégager des pistes de réforme qui garantissent l’équité.

{mosgoogle}Aujourd’hui dans l’espace UEMOA, tous nos pays disposent des services d’un Médiateur de la République. Nous avons ressenti le besoin de nous associer parce que nous sommes des pays voisins partageant langue officielle et monnaie communes et parce que nos citoyens restent marqués par des incompréhensions qu’il faut savoir déceler et gérer au mieux.
   
Notre Ordre du jour sera essentiellement de faire le point de nos préoccupations  communes, de nos démarches les uns envers les autres, de l’Administration de notre Association qui est jeune et qui  a besoin de se consolider.


La formation reste une priorité pour améliorer les services administratifs et renforcer les compétences à divers niveaux dans l’espace UEMOA. Dites-nous, Monsieur le Médiateur de la République, quelle formation est retenue à l’endroit des collaborateurs des Médiateurs ?

Les Médiateurs reçoivent des recours de toutes sortes. Ils sont administratifs, ils touchent à des domaines économiques, aux finances et aux projets de développement. Cela requiert un Personnel formé à comprendre ces dossiers complexes, à se mettre en rapport avec d’autres compétences et à fournir les synthèses permettant les recommandations adéquates et acceptables.

D’où la nécessité d’une formation permanente des agents de la médiation, des collaborateurs et Conseillers du Médiateur de la République.

Dans l’espace UEMOA, il importe de se mettre régulièrement au courant des initiatives de l’Union, des problèmes posés aux frontières, de l’application des règles communes dans tous les domaines de la vie économique et sociale.

L’Assemblée Générale donne une opportunité pour une session de formation qui permettra à chaque structure de médiation de présenter des préoccupations et des démarches qu’elle adopte pour les solutions des problèmes touchant la vie concrète des citoyens de l’espace UEMOA.

L’Association des Médiateurs des pays de l’UEMOA est née en Février 2008 à Ouagadougou. Après deux années d’existence, quel bilan,, peut-on faire des activités menées et de la vie de l’Association ?

En matière de bilan de l’Association des Médiateurs des  pays de l’Espace UEMOA, il importe de noter,  entre autres,
-    la tenue effective des réunions statutaires,
-     l’appropriation des textes et des préoccupations de l’UEMOA,
-    le Plaidoyer auprès des Chefs d’Etat pour l’obtention de l’Acte portant reconnaissance d’intérêt communautaire de l’Association,
-     la  formation des collaborateurs des Médiateurs.

Par ailleurs, il convient de préciser le développement d’un partenariat entre les Médiateurs en matière de traitement des recours provenant des citoyens de l’Union.

A titre d’exemples, le Médiateur du Faso a traité le recours d’un citoyen Béninois qui avait des démêlés avec l’Administration publique du Burkina Faso au sujet de son diplôme de Baccalauréat et qui a saisi à cette fin le Médiateur du Faso qui, a son tour,  a partagé toutes les démarches entreprises dans ce cadre avec son homologue du Bénin

De même, le Médiateur de la République de Côte d’Ivoire a été saisi par le Médiateur de la République du Bénin suite à des plaintes formulées par des Béninois qui ont séjourné et travaillé en Côte d’Ivoire et dont les droits à la retraite ne sont pas totalement liquidés.

En résumé, on peut déduire de ces échanges, un appui concerté des Médiateurs de l’Union utile pour l’amélioration des conditions de vie des citoyens de nos pays respectifs.

   

Quelles peuvent être les priorités qui s’imposent aujourd’hui et dans un proche avenir à l’Association des Médiateurs des pays de l’UEMOA quand on sait que 2010 est l’année de commémoration du Cinquantenaire des Indépendances en Afrique ?

Les priorités qui s’imposent aujourd’hui et dans un proche avenir à l’Association des Médiateurs des pays de l’UEMOA  peuvent être ainsi  déclinées :

  • -    la contribution des Médiateurs à l’acquisition par les citoyens de l’Union, du droit d’établissement  dans les Etats autres que leur Etat d’origine ;

  • {mosgoogle}-    la réalisation des Etudes sur l’effectivité de l’application des textes communautaires devant faciliter le mieux-être des citoyens de l’Union afin de faire des recommandations à cette fin ;

  • -    l’apport des Médiateurs à davantage d’intégration entre les citoyens de l’Union à travers un meilleur règlement des différends et litiges nés des activités qu’ils mènent ;

  • -    les propositions pouvant améliorer la libre circulation des personnes et des marchandises au sein de la communauté ;

  • -    la formulation des recommandations pour une meilleure application du Droit communautaire dans l’espace UEMOA  etc.