La Nouvelle Tribune

Moukaram Badarou : « Le parti Conscience citoyenne se retrouve dans la vision du président »

Espace membre

Le 26 mars, quelques jours après le second tour du scrutin présidentiel qui a consacré l’élection de Patrice Talon, le parti Conscience citoyenne dirigé par Moukaram Badarou, préfet des départements de l’Ouémé et du Plateau, a sorti un communiqué pour féliciter le nouveau président élu et en même temps lui accorder son soutien.

Dans cet entretien, il revient sur les raisons de cet acte politique posé par son parti et opine sur les premières décisions du gouvernement Talon.  

Le 26 mars dernier, votre Parti, le Parti Conscience Citoyenne s’est fendu d’un communiqué signé de votre Vice- Président pour féliciter le Président Patrice Talon et lui accorder votre soutien pour son quinquennat. Pourquoi ce choix ?

A la suite des résultats du scrutin du 20 mars 2016, donné par la Cour constitutionnelle, le 26 mars, la Direction nationale du Parti Conscience Citoyenne s’est réunie en séance extraordinaire. Laquelle séance a été sanctionnée par un communiqué de presse. Nous avons effectivement décidé entre autres de féliciter le Président Patrice Talon pour son élection à la magistrature suprême de notre pays mais aussi de soutenir les actions de son gouvernement. Ce choix parce que le contenu du Manifeste politique du Parti Conscience Citoyenne, qui prône la restauration des valeurs républicaines se retrouve pratiquement dans la vision du Président Patrice Talon. Il s’agit essentiellement de l’affirmation de l’autorité de l’Etat, de la promotion des valeurs citoyennes et républicaines, de la nécessité de l’égalité des chances pour chaque béninoise et chaque béninois, du renforcement du secteur privé comme véritable fer de lance de l’économie nationale…etc. Mieux, qu’il vous souvienne que dans le discours d’investiture du nouveau chef de l’Etat, il a littéralement et expressément lancé un vibrant appel à une conscience citoyenne. Vous  comprenez donc que le Parti Conscience  Citoyenne ne saurait être en marge de ce noble combat pour l’équité et le développement du Bénin.

Le Président Patrice Talon vient de faire son gouvernement. Quelle  est votre appréciation sur cette équipe ?

Le 6 avril 2016, le Secrétaire général du gouvernement a rendu publique le premier gouvernement du Président Talon. Déjà, la réduction de l’équipe gouvernementale est une excellente chose. Le casting est bon à savoir qu’on peut constater que : deux générations se côtoient, les compétences nécessaires  et diverses expériences  gouvernementales, parlementaires et administratives s’y trouvent, la diaspora est impliquée et la géopolitique prise en compte. Cette équipe, sous la houlette de son chef a donc tout pour réussir. Je crois qu’elle réussira. Au Parti Conscience Citoyenne, nous apporterons notre modeste contribution pour qu’il en soit ainsi.  

Le premier Conseil des Ministres a pris beaucoup de décisions qui visent à annuler des actes pris au temps de YAYI, quelle lecture en faites vous ?

Le nouveau gouvernement a tenu son premier Conseil des Ministres le mercredi 13 avril 2016. Les décisions qui en sont issues marquent le départ du « Nouveau Départ ». Le gouvernement était attendu sur un certain nombre de sujets et je crois que ce premier conseil  a réussi à satisfaire les attentes. Notamment, c’est le cas de la suspension des concours qui défraie la chronique. Suspension et non annulation, le temps de faire la lumière et de trancher définitivement. Je crois que c’est une juste mesure. S’agissant des décrets annulés, la décision est certainement prise en tenant compte de certains éléments à disposition et comme vous l’avez constaté, ce n’est pas tous les actes qui ont été annulés. Loin s’en faut.

Après dix ans à la tête du pays, quels regrets avez-vous du régime YAYI ?

Dix ans à la tête de notre pays, le Président Boni YAYI a fait ce qu’il a pu, il a impacté tous les secteurs. Les faits sont là et les chiffres aussi. Tout ne va pas bien madame la marquise et toute œuvre humaine ne peut être parfaite. Malgré les hauts et les bas, je crois que le développement de notre pays a été sa constante préoccupation. Maintenant que Boni YAYI n’est plus là, c’est une chance pour le pays de tomber dans les mains de Patrice TALON, un homme qui a fait ses preuves dans le secteur privé qui, en fait, est la véritable soupape de l’économie.

Il n’ya pas de bon vent à celui qui ne sait où il va, le Président Patrice Talon ayant une idée claire de là où il va, au niveau du Parti Conscience Citoyenne, nous lui souhaitons bon vent et un mandat fructueux à la tête de notre cher et beau pays, le Bénin